Quand ton petit père est paru pour la première fois, nombre d’entre vous se sont manifestées pour nous dire à quel point leur chum était un modèle de papa. Quand je suis tombée sur Caroline et  son histoire d’amour/famille avec Jacob, j’ai craqué!

«Nous vivons une histoire d’amour assez folle, puisqu’il est Suédois et moi Québécoise. Nous nous sommes rencontrés en voyage il y a 4 ans et faisons des allers-retours Montréal-Stockholm depuis ce temps. J’ai donc accouché en Suède, mais nous sommes revenus à Montréal où il fait son congé de paternité, pendant que moi je pars gentiment travailler chaque jour. Il s’appelle Jacob, mesure 6 pieds 7 pouces, c’est un vrai géant Suédois qui parle à son fils en suédois pendant que moi je lui parle en français. Un grand viking donc qui a maintes fois traversé l’Atlantique, d’abord pour moi, mais désormais aussi pour son fils.» 

La famille, l’été à Stockholm.
Crédit photo : Fredrik Berglind-Dehlin.

Âge/Sexe/Ville
36/Masculin/Stockholm (et Montréal et Stockholm et Montréal et ainsi de suite)
 
Occupation?
En ce moment, prendre soin de mon fils et homme au foyer. En somme : en congé de paternité!

 À la maison. À Montréal ou à Stockholm, c’est toujours un peu le chaos.
Crédit photo : Caroline Dawson.

Quantité de petits humains à ton actif?
Un.
 
Ta petite famille en deux mots :
 Amour et fun!

 À Montréal, se promener. Oui, on matche!
Crédit photo : Caroline Dawson.

 

La grossesse pour toi ça été ? Et l’accouchement? Et la vie de papa?
La grossesse, c’était assez facile pour moi, puisque je n’avais besoin de rien faire! Ma femme a eu une grossesse plutôt facile, outre le fait qu’elle a du passer un certain temps dans un pays étranger pour elle (la Suède). Mais c’était excitant, un peu comme se préparer à une aventure!
L’accouchement a été si rapide qu’ils n’ont pas eu le temps de donner une épidurale à ma femme. C’était magique, mais en même temps, voir ma femme souffrir autant était difficile, surtout en sachant que je ne pouvais rien faire d’autre que donner un support moral. Mais ensuite, lorsqu’il est (enfin) né, la première fois que je l’ai vu fut le moment le plus puissant de ma vie.
La vie de papa… hum… j’adore être papa! Même si notre vie est davantage chaotique maintenant et ça, à tellement de points de vues, je me sens beaucoup plus stable et plus grounded depuis l’arrivé de notre fils. Je pense qu’il est un «enfant facile» alors être à la maison pour un long congé de paternité avec lui a surtout été une expérience heureuse.
 
Avant d’être pops tu étais?
Encore plus self-centered qu’aujourd’hui. Et un pédiatre.
 

Dans l’avion, entre Stockholm et Montréal. On conseille à tous les parents de se battre pour avoir une bassinette, ça a sauvé notre vol!
Crédit photo : Caroline Dawson.
 

Une chose que tu veux transmettre à tes minis?
L’estime de soi, au sens fort. C’est-à-dire que je veux lui transmettre le sentiment qu’il n’a pas besoin de prouver quoi que ce soit. Que ce qu’il est, comme personne, suffit. Qu’il a le droit, comme tout le monde, d’être réellement, sur cette planète et ce, peu importe les chemins de vie possible qu’il peut choisir. Ça et un fort sentiment de sécurité. Mais ça va un peu ensemble.

 En promenade, à Stockholm. Ça veut dire : «Passe une bonne journée!»
Crédit photo : Caroline Dawson.
 

Annie Brocoli ou Karkwa?
What??? Je comprends rien, je suis Suédois! 
Notre fils semble aimer danser, alors quand on écoute quelque chose, j’essaie de trouver des chansons avec un bon beat. Il aime vraiment les Jackson Five en fait! Personnellement, je préfère la musique de gars déprimés avec une guitare accoustique.

À Montréal. Un livre, une boite, un balcon, le printemps.
Crédit photo : Caroline Dawson.

 

Un conseil à un futur papa?
Essaie juste d’être le plus présent possible. Il n’y a pas de raccourci pour bâtir une vraie relation avec ton enfant. Ça et beaucoup, beaucoup de café.
 
Mantra paternel
«Tu vas t’ennuyer de ceci quand tu seras de retour au travail.»

Quand papa travaille de nuit à l’hôpital il fait un coucou avant le dodo!
Crédit photo : FaceTime et Caroline Dawson! 

Paroles sages de ta progéniture
À 14 mois, il semble déjà savoir comment gagner le cœur de sa mère. L’autre jour, il a vu une image de Marilyn Monroe et s’est écrié «Maman!».

 

Votre famille a-t-elle aussi dû choisir un pays? Avez-vous aussi une belle histoire à raconter?

Plus de contenu