Mon cher threenager d’amour entame bientôt une nouvelle étape dans sa fabuleuse vie : le « c’est pas juste ». C’est un fait inévitable de son existence, mais plus il vieillit, plus il commence à catcher qu’en effet, la vie n’est pas toujours très juste. Il aimerait, par exemple, conduire la voiture ou bien manger un cupcake pour déjeuner. Il aimerait tellement avoir cette gogosse inutile qui coûte ben trop cher ou prendre une gorgée de mon verre de vin. Et il aimerait pouvoir se coucher tard, tard, tard.

Malheureusement pour lui, c'est ben plate, mais il ne peut avoir AUCUNE de ces choses, parce que, t'sais, common sense ET la vie est injuste.

Mais moi, je peux. C’est la brusque réalisation que j’ai eue, un beau matin après que tout le monde ait enfin quitté la maison et que je me suis retrouvé seul pour quelques précieuses minutes dans ma maison. J’étais libre de faire ce que je voulais et j’ai, en effet, mangé un beau gros morceau de cake au citron que j’avais fait la veille, parce que guess what, j’avais envie de manger du cake au citron, moé là, pis personne pouvait me l'interdire... parce que j'suis un adulte. Je suis l'adulte responsable de la maison, pis oui, c'est chiant parce qu’il faut que j'paye des factures, pis que j'prépare les repas et fasse le ménage, MAIS... il y a plein de choses amusantes qui viennent avec ce rôle! 

Voici donc 5 choses très injustes pour mon enfant parce que je lui interdis, alors que je le fais :
 

  1. Me coucher tard

Je le sais que j’suis fatigué. Je le sais que je devrais donc aller me coucher, ça serait plus facile de me lever le lendemain. Mais qui peut m’interdire de rester plus tard pour écouter en rafale des vieux épisodes de Friends, hein? Personne. Being an adult is great.
 

  1. Conduire mon auto

En assumant que je fonce sur personne, que je paye mes assurances pis toute, personne peut prendre mon auto. Elle est à moi, juste à moi. Je peux embarquer dedans et aller où  je veux (pas trop loin), quand je veux (mettons).
 

  1. M’acheter cette gogosse inutile

Quand le jeudi arrive et que ma p’tite paye bien méritée se dépose comme par magie dans mon compte qui souffre le martyr, pis que j’ai payé TOUTES les factures comme l’adulte responsable que je suis, j’peux m’acheter ce truc superflu et ben trop cher avec les maigres sous qui me restent. Oui je ferais mieux de placer ça dans un REER ou j’sais pas trop quoi, mais moi, j’avais le goût de cette louche à soupe en forme de monstre du Loch Ness, pis c’est ça qui est ça! 

  1. Manger ce qui me tente

Quand j’étais jeune homme, tout comme mon jeune enfant, j’trouvais ça injuste que ma mère n’achète jamais de Nutella. Qu’est-ce que ça pouvait bien changer que j’ingère des calories vides en début de journée qui allaient me booster quand j’avais toute la journée pour brûler cette belle énergie? Maintenant que je suis grand et que c’est moi qui décide, rien ne m’empêche de me bourrer la face de crème glacée chocolat et beurre de pinotte à 7 h 45 le matin avant de partir travailler. Personne. Don’t judge me.
 

  1. Dire : « Parce que c’est moi qui décide! »

Face à un enfant, c’est la phrase la plus irritante et frustrante qu’on puisse dire. Quand vous êtes adulte, c’est la phrase la plus satisfaisante qu’on puisse répondre à un enfant.
 
 
 
 
 
 
 

Page d'accueil