Easy : une dernière saison un peu moins facile pour illustrer l'amour sous presque toutes ses formes

Easy : une dernière saison un peu moins facile pour illustrer l'amour sous presque toutes ses formes

Toujours avide d'écouter des nouvelles séries et de m'occuper la tête sans avoir les mains prises, je me suis lancée dans la nouvelle saison de Easy le week-end dernier entre l'anniversaire de mon conjoint, le shower de bébé de ma meilleure amie et la fête des Mères. La série qui est à sa dernière saison a été disponible sur Netflix ce vendredi, je vous laisse faire le calcul sur comment je me suis arrangée pour tout finir pendant mes 1000 autres tâches connexes du week-end.

Cette série m'avait d'abord charmée parce qu'elle met en vedette plein de vedettes (!!!) telles qu’Orlando Bloom et plusieurs autres acteurs et actrices de renom. Prenant place à Chicago, je trouve ça assez rafraîchissant de placer des personnages dans un mode de vie qui n'est ni New York ni Los Angeles. En plus, les deux premières saisons comportent 16 épisodes de 30 minutes et c'est un bonbon à écouter. Si on pense que les épisodes ne sont pas interreliés au départ, on se rend compte que finalement, tout le monde se connaît un peu et se côtoie. La série télévisée comico-dramatique américaine sous forme d'anthologie, écrite, réalisée, éditée et produite par Joe Swanberg et met en scène plein de façon de vivre l'amour et la sexualité.

Dans la dernière saison, on voit beaucoup de choses qui toucheront les personnes en couple avec des enfants. Entre les familles de mom entrepreneur qui doivent faire des choix risqués et le couple qui décide d'ouvrir les barrières pour devenir un couple ouvert et les effets sur la dynamique familiale, je trouve que ça brasse beaucoup de choses, sans en faire une caricature. Du bonbon, même si les épisodes sont un peu plus longs donc qui demande un peu plus d'écoute aussi.

Disponible sur Netflix.

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES