Eh oui, je l’ai dit. C’est un p’tit &*%#! Celui qui s’amuse à rire des autres à l’école, mais juste assez discrètement pour ne pas se faire voir ni entendre. Celui qui fait sa loi en rejetant certains amis du groupe. Celui qui sait très bien comment être l’enfant parfait que les profs et éducatrices aiment. Celui qui a décidé de ne pas aimer le mien…

À toi, l’enfant qui sent le besoin de se placer au-dessus, je te souhaite de pouvoir développer de l’empathie pour les autres et l’ouverture d’esprit d’attendre de connaître quelqu’un avant de juger. Je te souhaite de pouvoir réellement comprendre ce que ça fait de se sentir rejeté sans raison.

Comprends-moi bien, je ne te souhaite pas de malheur, mais juste un petit reality check qui pourrait t’aider à devenir une meilleure personne. Une personne gentille et respectueuse. Parce que tu ne le sais pas encore, mais avoir des amis juste parce que les autres ont peur de ne pas être de ton bord, ce n’est pas très gratifiant au final.

Aux écoles, professeur.e.s, éducatrices et parents, je veux que vous sachiez que l’intimidation, ça existe au primaire aussi. Même si, parfois, ça ne nous semble pas si grave à nous, les adultes. Ce sont des enfantillages, comme on dit. Mais sachez que ça vaut la peine d’agir et de réduire la tolérance envers ces petits comportements du quotidien qui, une fois accumulés, causent de réelles conséquences. En minimisant, vous n’aidez personne, pas même l’enfant auteur de ces comportements.

Je souhaite sincèrement qu’en 2020, il n’y ait pas trop d’enfants qui, comme le mien, diront que « ça ne sert à rien d’en parler, parce que personne ne fait rien ».

À toi, mon enfant qui est apprécié de tous (sauf un!), qui fait preuve de gentillesse et qui est toujours prêt à s’amuser avec les autres (oui oui, même avec lui!), je veux que tu saches que je partage ta tristesse et ton incompréhension. Je voudrais te dire que je bouille en dedans et que c’est juste un p’tit &*%#!, mais tu gères la situation tellement mieux que moi.

Tu ne te laisses pas démoraliser, tu sais qui tu es. Tu te tiens debout, tu as plein d’autres amis. Déjà à ton jeune âge, tu as compris que ça ne valait pas la peine d’embarquer là-dedans et ça me rend extrêmement fier de toi.

Je veux que tu saches que ta gentillesse finira par triompher.

Plus de contenu