La mère que je souhaitais devenir... et celle que je suis devenue

Crédit photo: Unsplash

Avant d’avoir des enfants, il m’arrivait d’imaginer la mère que je souhaitais devenir. Je m’étais promis de respecter une panoplie de principes qui me semblaient si simples vus de l’extérieur. J’avoue qu’il m’arrivait même d’observer des parents et de me dire que jamais je ne ferais les mêmes « erreurs » qu’eux.

Puis, je suis devenue maman et j’ai dû faire face à la réalité : je n’arrivais visiblement pas à respecter l’ensemble des « bonnes pratiques » que j’avais établies avant d’avoir des enfants. D’ailleurs, sept ans et trois enfants plus tard, je n’y arrive toujours pas.

J’ai demandé aux TPL Moms si, elles aussi, elles avaient dérogé des « bonnes intentions » qu’elles avaient avant de devenir mamans et j’ai rapidement constaté que je ne suis pas seule à faire face à cette réalité!


Catégorie « nourriture »

Nos intentions : Plusieurs mamans s’étaient promis de suivre différentes règles concernant la nourriture qu’elles offriraient à leurs enfants. Certaines s’étaient juré de ne pas aller au McDonald's avec leur progéniture avant l’âge de 5 ans, alors que d’autres ont cru qu’elles ne donneraient pas de jus à leurs enfants ou qu'elles leur interdiraient d'avaler des sucreries.

La réalité : Bien qu’une bonne alimentation fasse toujours partie de nos priorités, il nous arrive d’aller acheter un Joyeux Festin pour alléger une dure journée ou simplement pour faire plaisir à notre enfant, même si celui-ci n’a que 2 ou 3 ans. Mon enfant de 21 mois a même crié « MADO!! » avec une joie étonnante lorsque nous en avons acheté la dernière fois, même si ce n’est pas courant. Quant aux jus et aux sucreries, bien qu’ils ne soient pas offerts sur une base quotidienne, ils ne sont également pas bannis de la vie des mamans qui s’étaient pourtant promis de ne pas en offrir à leurs enfants. Parce que la modération et l’équilibre ont bien meilleur goût!

 

Catégorie « écrans »

Nos intentions : Les écrans n’ont pas bonne presse lorsqu’il s’agit des enfants. C’est donc sans surprise que plusieurs mamans s’étaient promis de ne pas en faire usage.

La réalité : Il nous arrive parfois de donner notre téléphone ou notre tablette à notre enfant pour nous permettre de compléter une tâche ou de vivre un court moment de tranquillité. Que ce soit durant la préparation du souper ou pendant que nous tentons d’endormir le plus jeune, les écrans peuvent parfois être salvateurs.

 

Catégorie « suce »

Nos intentions : Des mamans s’étaient promis de ne jamais offrir de suce à leur bébé, notamment pour éviter les problèmes dentaires. De plus, qui dit allaitement dit souvent aussi d'éviter la suce à tout prix!

La réalité : La suce peut être utile et n’est pas toujours incompatible avec l’allaitement. Une des mamans, qui a eu deux paires de jumeaux de façon très rapprochée et qui craignait l’utilisation de la suce, l’a d’ailleurs offert à ses quatre bébés. Et avec quatre bébés, on peut s’imaginer qu’elle doit être utile à certains moments!

 

Catégorie « allaitement »

Nos intentions : Pour ma part, je m’étais dit que je tenais à allaiter, mais que je cesserais lorsque mes bébés auraient 6 mois. Une autre était convaincue qu’elle n’allaiterait jamais, puisqu’elle vivait un blocage lorsqu’elle s’imaginait offrir le sein à son bébé.

La réalité : Dans les faits, j’ai allaité l’un de mes garçons pendant 20 mois et j’allaite toujours mon petit dernier qui aura bientôt 22 mois. Les six mois prévus au départ sont donc très largement dépassés! Quant à la maman qui s’était promis de ne pas allaiter, elle a comptabilisé un total de 46 mois d’allaitement avec ses trois enfants!

 

Catégorie « cododo »

Nos intentions : Plusieurs d’entre nous portaient des jugements à l’égard du cododo, moi la première. Je me rappelle m’être dit, avec toute la conviction du monde, que je ne dormirais JAMAIS avec mes enfants.

La réalité : Ma première enfant avait un syndrome génétique qui la rendait lourdement handicapée et qui générait d’importants troubles de sommeil. Le cododo a donc rendu plusieurs nuits moins pénibles. Puis, son décès pendant son sommeil tout juste avant la naissance de mon deuxième enfant a augmenté mon anxiété face à la mort subite du nourrisson et j’ai donc fait du cododo avec lui pendant plus de trois ans. Je récidive actuellement avec mon troisième enfant depuis 21 mois. De plus, malgré qu’ils soient en santé, mes garçons ne sont pas des dormeurs hors pair. Le cododo m’a donc sauvé la vie, littéralement. Des mamans qui n’ont pas le même vécu ont aussi débuté le cododo de façon plus ou moins régulière, notamment par survie lorsque bébé se réveille souvent et laissant aussi derrière elles toutes les bonnes intentions qu’elles avaient eues au départ!

 

Catégorie « acheter la paix »

Nos intentions : Qui n’a jamais entendu quelqu’un dire « Moi, quand je serai parent, je vais tenir mon bout! Je n’achèterai jamais la paix! » ?

La réalité : Nous sommes humaines et il nous arrive toutes d’acheter la paix et de manquer de cohérence. La perfection, ce sera pour une autre fois!

 

Catégorie « vêtements »

Nos intentions : Une maman s’était promis de ne jamais acheter de vêtements à l’effigie de Disney.

La réalité : Elle m’a envoyé quelques photos de sa fille qui arborait fièrement ses vêtements à l’effigie de… Disney! Et je fois dire qu’elle est vraiment mignonne!

 

Aviez-vous des intentions avant de devenir parents? Les suivez-vous à la lettre où il vous arrive d’en déroger?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES