Quand la gastro frappe à la porte: 10 commandements pour s'en sortir

Crédit photo: Ani Kolleshi/Unsplash

Toc toc toc ...
Qui est là?
Mon pire cauchemar.

Nous gérons actuellement gastro #10, gracieuseté de l’aéroport. « Dans ma valise, qu’est-ce que je rapporte... la gastro! ».

Pour faire suite à mes écrits sur la gastrophobie, puisque le sujet semblait sensible pour plusieurs, je souhaitais vous partager une liste de conseils organisationnels, à appliquer une fois la gastro entrée dans la maisonnée. On touche du bois... et une tonne de produits désinfectants, mais des dix épisodes à notre actif, je suis la seule à en avoir esquivé quelques-uns... physiquement. Rappelons que mentalement, financièrement et écologiquement, un tel virus génère beaucoup de dégâts. J’en suis visiblement polytraumatisée.

Néanmoins, ma gracieuse expérience en matière d’expulsion digestive m’a permis de tirer certaines conclusions afin de faciliter le nettoyage de la maison et de minimiser la transmission. Vous ne lirez pas ici les formalités de base (désinfection, lavage de mains, limiter les contacts)!

Partons donc du simple fait que la gastro-entérite est un virus qui se transmet par contact oro-fécal et que vos expulsions, votre salive, vos mains, votre anus et votre bouche sont les acteurs principaux de votre film d’horreur homemade. Partons également du fait que le virus instaure un microclimat local sournois, dans votre corps, qui peut évoluer en tempête digestive en un claquement de doigts. Vous pouvez être indemnes un instant, mais potentiellement incuber ou transmettre à tout moment.

Alors voilà, je vous partage humblement mes dix trucs pratico-pratiques... parfois extrémistes, développés aux suites de nos périodes répétées de gastro-entérite, en espérant rendre votre calvaire... moins infernal.

1. Équipez-vous rapidement :

 - lingettes désinfectantes
 - produits nettoyants
 - gants de caoutchouc
 - solution de réhydratation
 - couches (idéalement jetables) et lingettes en quantité suffisante

2. Nettoyez au fur et à mesure.
 On oublie souvent :
- interrupteurs
- poignées des portes, incluant barrières pour enfant
- robinetterie
- manettes de télé
- cellulaires
- poignée du réfrigérateur
- rampes d’escalier
- poignées des armoires à verres/ustensiles
- volant d’auto
- tête qui actionne la pompe distributrice à savon
- Faire bouillir les suces et tétines de biberon

3. Réduisez/gérez votre épicerie :
- congelez plus qu’il n’en faut; vous risquez de gaspiller
- n’achetez pas trop de nourriture qu’il faut cuisiner (nausées obligent)
-planifiez des petits repas légers pour les nouveaux rescapés
- utilisez vos coupons postaux de livraison St-Hubert (!!!) ou tout autre resto qui satisfera votre ventre à l’envers
- pensez à ce que vous mangez.. et si ça va être agréable à expulser. Du chili, ce n'est pas génial quand ça passe dans le nez.. ni à ramasser. *fait vécu*

4. Limitez les contacts
- abstinence complète avec votre doux, aucun bisou, jusqu’à 48h de selles normales. S’il faut, faites chambre à part
- confinez les malades dans les mêmes pièces et la même salle de bain, si vous en avez plus d’une.
- de grâce, évitez les endroits où se tiennent les enfants (parc, bibliothèque, magasins à grande surface, piscine... garderie et école évidemment !)
- séparez les brosses à dents saines de celles des malades et tentez d’utiliser un tube de dentifrice pour chaque clan
- éviter les gestes main-bouche (se ronger les ongles, se passer la soie dentaire (congé temporaire), manger avec les mains

5. Contrôlez les dégâts
- retirer les tapis des chambres des enfants (ils ne visent pas bien en matière de projectiles digestifs)
- cachez les jouets qui se lavent mal
- choisissez un nombre contrôlé de jouets que vous êtes prêts à nettoyer
- installez une serviette de douche au pied du lit et un bocal prêt à accueillir les déversements
- attachez vos cheveux en tout temps, s’ils sont longs

6. Planifiez votre nuit
- rendez disponibles la literie de rechange et les pyjamas propres
- verres d’eau et solutions de réhydratation prêts à boire
- nettoyants à portée de main
- literie allégée (diminuez le nombre de toutous dans les lits et retirez les couettes de lit difficiles à nettoyer

7. Déculpabilisez-vous si votre tout-petit écoute plus d’un Passe-Partout, pendant que vous vomissez. Il n’est pas dans vos pattes et il n’est pas en danger.

8. Ventilez votre maisonnée. L’odeur rend fou. Si vous êtes en mesure de sortir dehors respirer un peu d’air frais, allez-y!

9. Appelez vos proches ; pour vous changer les idées, donner des nouvelles, vous sentir moins isolés. Personne n’a envie de vous aider/rendre visite et la nourriture est rarement bienvenue.

10. Planifiez votre semaine
Si vous êtes indemnes, accélérez la cadence côté gestion des urgences...au cas où. Si vous êtes empêtrés, reportez les rendez-vous et réorganisez votre semaine en fonction des ressources disponibles et de votre état.

Voilà !

Pour ceux et celles qui bravent le bordel; bonne gestion! Gardez votre sang-froid. Un vomi à la fois. Ce n’est qu’une situation (catastrophique) TEMPORAIRE!

N’oubliez pas de vous planifier un moment bien mérité au restaurant (ou ailleurs) en amoureux dans 2 semaines, une fois l’estomac replacé ! Vous êtes de véritables guerriers ! Courage!

NB: Pour ceux et celles qui voudraient juger mon hygiène ou ma crédibilité; libre à vous. Je suis professionnelle de la santé, bien au fait des recommandations en matière sanitaire, microbiologique et préventive. Mes intentions sont nobles ; je veux simplement vous alléger l’esprit en cas de guerre digestive !

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES