Je n’ai jamais été très attirée par les sciences. Autour de moi, les modèles féminins cuisinaient, faisaient de la musique, étaient très artistiques. La science me rebutait malgré moi au secondaire; moi qui pourtant avais de la facilité dans plusieurs matières, trop de concepts m’échappaient en physique.

Après un Cégep en musique et un baccalauréat en rédaction, j’ai décidé d’orienter ma carrière en communications. Des lettres, des mots, du marketing.

Puis, j’ai commencé à écrire des lettres, des mots, du marketing… en sciences. Un milieu fascinant qui me permet de m’instruire d’une nouvelle façon. Maintenant que je trempe tous les jours dans cet univers qui, petite, me décourageait un peu, je vois les choses différemment.

Si j’avais su, toute jeune, que les cours de physique ne servaient pas juste à ajouter des devoirs dans mon sac à dos, est-ce que j’aurais pris la voie des sciences ou du génie au Cégep ou à l’université?

Si mes modèles avaient été différents, est-ce que j’aurais fait des choix différents aussi?

Si j’avais eu des camps en sciences, si j’avais fait des expériences scientifiques à 10 ans dignes de la magie, si j’avais côtoyé des chimistes inspirantes, des mathématiciennes incroyables, des physiciennes passionnées… est-ce que j’aurais aimé un peu plus les sciences?

Peut-être pas. Peut-être que oui.

Chose certaine, j’aimerais que ma fille ait la chance de connaître toutes les options qui s’offrent à elle plus tard, des arts aux sciences, des lettres aux sports. C’est pourquoi, dans une dizaine d’années, si l’événement existe encore, je l’inscrirai à Les filles et les sciences… Un duo électrisant! Une journée d’activités et d’ateliers pour les filles du secondaire qui désirent s’immerger dans cet univers dans un contexte amusant. La prochaine journée aura d’ailleurs lieu le 22 février 2020 à Québec et à Rimouski, suivie du 14 mars à Montréal.

Les inscriptions se terminent demain, donc faites vite! 

À propos de l’événement

« Les filles et les sciences, un duo électrisant! » vise à faire connaître aux adolescentes de 2e, 3e et 4e secondaire la nature exacte des professions scientifiques et technologiques et des études qui y mènent à l’aide d’activités de groupe, de démonstrations, d’ateliers et surtout, temps fort de la journée, du « magasinage de carrières », lequel leur révèle la multitude de formations universitaires, professionnelles et techniques qui leur tendent les bras.

Plus de détails ici.  

Plus de contenu