COVID-19 : entre anxiété et lâcher-prise, quelle position adopter?

Crédit photo: Kelly Sikkema/Unsplash

Difficile de lire autre chose dans les nouvelles que des mises à jour sur la situation mondiale et locale du COVID-19 (coronavirus). La journée d’hier fut particulièrement éprouvante alors que le premier ministre provincial annonçait une série de mesures afin d’assurer la prévention de tous.tes et qu’on apprenait que le premier ministre fédéral se mettait en quarantaine suite au test positif de sa femme au virus.

 

Grosse journée.

 

J’ai l’impression que toutes ces nouvelles ont contribué à faire monter le niveau général d’anxiété de la société et ça a déjà donné lieu à quelques dérives… D’un autre côté, j’ai aussi remarqué que plusieurs personnes prônent le lâcher-prise, voire l’absence complète et totale d’inquiétude face à la situation.

 

Qu’en est-il réellement? Doit-on paniquer ou trouver toutes ces mesures complètement ridicules? La réponse ne vous surprendra peut-être pas, mais en fait, il faut tous.tes se rejoindre au milieu de ces deux réactions.

 

Les mesures actuelles prises par le premier ministre québécois servent principalement à ralentir, voire limiter la propagation du virus. À priori, on peut se dire que c’est plutôt draconien comme position, mais dans les faits, la décision de Legault est judicieuse. Pour comprendre l’importance de prendre des précautions, la théorie de « l’aplatissement de la courbe » entre en jeu. En gros, on est dans le momentum parfait pour essayer de ralentir le plus possible la propagation du virus afin que nos installations médicales puissent tenir le coup lorsque les malades commenceront à se manifester.

 

 

L’important ici, ce n’est pas de se dire « bah c’est qu’une grippe, je vais survivre sans problème ». Oui, probablement. Si vous êtes en bonne santé et plutôt jeune, les statistiques tendent à vous donner raison. Sauf que ce n’est pas le cas des gens qui font partie des populations à risque, comme les personnes immunodéficientes, les personnes âgées et les personnes avec des maladies respiratoires chroniques (genre moi qui fait de l’asthme et qui prend un médicament chaque jour). Pour ces personnes, attraper le COVID-19 est un plus gros risque.

 

Alors les mesures prises actuellement servent principalement à protéger les personnes vulnérables ET à faire en sorte que les hôpitaux pourront mieux gérer la crise lorsqu’elle arrivera. D'ailleurs, je lance un message aux entreprises privées: si les définitions de tâches de vos employés.es peuvent se réaliser de la maison, permettez le télétravail. Vous contribuez ainsi à ralentir/limiter la propagation et permettre aussi aux parents de mieux gérer la fermeture des écoles et CPE pour les deux prochaines semaines. 

 

Si vous voulez en lire plus sur l’aplatissement de la courbe, le Pharmachien a fait un EXCELLENT article sur le sujet que vous pouvez lire juste ici.

 

Bon, tout ce que je viens de vous expliquer s’adresse principalement aux gens qui sont en mode « je ne me sens pas concerné.e, pourquoi on doit faire tout ça? ». Mais j’ai aussi le goût de m’adresser aux gens qui capotent et dévalisent les Costco.

 

On respire, on se calme, on essaie de se concentrer sur les faits.

 

Se laver les mains pendant 20 secondes, prendre le plus de distance sociale possible, faire du télétravail si votre job le permet et ne pas se donner des becs sont des réactions sensées et fortement suggérées par les diverses instances médicales.

 

Dévaliser les épiceries et les Costco, un peu moins.

 

Je ne vous juge pas. J’ai moi-même été à l’épicerie hier – mais je m’en suis tenue à faire une réserve normale de quelques jours de nourriture, pas des semaines. Je sais, c’est anxiogène tout ça. On redoute tous une mise en quarantaine de notre ville, voire de la province, mais même si cela arriverait, les services de bases resteraient ouverts.

 

Si on se fie à ce qui se fait en ce moment en Italie, les épiceries et les pharmacies restent ouvertes, de même que les stations-services et les banques.

 

Oui, le lockdown c’est effrayant, mais le pays n’arrêtera pas de fonctionner pour autant. Stocker des mois de papier de toilette n’est pas la solution. Et à travers tout ça, j’ai le goût de nous dire de penser aux autres avant de penser à soi-même. Plusieurs personnes n’ont pas les revenus pour stocker pendant des semaines. Il faut penser à ces gens-là lorsqu’on a envie de mettre 10 conserves de pois chiches dans notre panier.

 

Bref, il s’agit au final d’avoir un peu de bon sens, de penser à son prochain, de ne pas TROP capoter et surtout, de se laver les mains!

 

Ça va bien aller.

 

Est-ce que la situation vous fait peur? Parlons-en dans les commentaires!

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES