Bien notre projet de produire un mini humain était issu d’une initiative volontaire et pleinement consciente, la grossesse m’apportait beaucoup de craintes au départ. On se retrouve devant tant d’inconnu et nos seuls repères sont les mille et une histoires à propos de la grossesse, de l’accouchement et de la parentalité que les gens veulent bien nous raconter. Et c’est souvent ceux qui ont eu des aventures rocambolesques qui ont le plus besoin d’en parler (et c’est parfaitement normal). Alors, aujourd’hui, je vous raconte mon histoire de bedaine des plus simples qui, je l’espère, vous fera du bien.

Après un trois mois d’attente, mon petit plus + est apparu sur le bâton de plastique. Instantanément, ce petit bâton humecté d’urine m’a apporté une joie immense. Déjà, je me hâtais de sentir le moindre détail changeant dans mon corps qui me confirmerait la présence de cette petite créature. Je l’imaginais qui poussait à l’intérieur de moi. Je ne pouvais pas croire qu’on doive attendre 9 mois avant de faire sa rencontre. Ça me paraissait interminable.

Le premier trimestre a été synonyme de changements: quelques maux de coeur et tiraillements.  Au premier rendez-vous vers 10 semaines, tout est devenu plus concret, car nous avons entendu son coeur battre à vive allure. À 13 semaines, nous l’avons vu pour la première fois et avons ramené des photos de lui à la maison. À 16 semaines, j’ai senti les premiers mouvements à l’intérieur de moi. J’appréciais de sentir mon coco bouger et évoluer au rythme des mois. À 20 semaines, nous avons su que c’était un petit garçon qui se logeait dans mon ventre, mais mon intuition me l’avait déjà soufflé à l’oreille. Le reste du marathon s’est déroulé sans complication. Petit monsieur a décidé d’arriver quelques jours en retard. Nous étions plus qu’impatients de le rencontrer! J’étais à deux jours de ma date de provocation lorsqu’il a décidé de se pointer le bout du nez. 

Les semaines ont passé à vive allure et sincèrement, je n’aurais pas pu rêver mieux comme grossesse. C’était si doux de sentir cette vie grandir en moi. Mon corps a changé, certes, et des courbatures sont apparues. Toutefois, j’ai apprécié mon corps de baleine, et ce, même dans les grosses chaleurs de l’été. J’ai réussi à bien dormir et je me suis entraîné, à mon rythme, jusqu’à la toute fin. 

Je sais que la grossesse amène son lot de craintes, mais sachez que cette cohabitation peut être si belle et simple. Ça fait du bien de se le rappeler. Les bobos font partie de la game, oui. En même temps, réalisez-vous que votre corps fabrique un humain en seulement quelques mois? Alors, c’est normal que ce ne soit pas toujours facile. Il faut également être consciente qu’il y a plusieurs facteurs qu’on ne contrôle pas. Peu importe comment vous vivez cette grande aventure, ça reste un beau miracle.

En espérant que mon histoire de bedaine sans histoire aura su apaiser quelques-unes de vos craintes.

Vous avez une histoire à partager? Écrivez-nous au info@tplmag.com

Plus de contenu