Je n'étais pas une maman incompétente, j'avais un BABI

Crédit photo: Pexels

Lorsque j’étais enceinte de ma deuxième fille; j’étais très heureuse à l’idée d’avoir un autre petit bébé. Dans mon esprit; ce bébé allait être comme sa sœur; un bébé-sourire qui ne pleure pas trop, qui mange bien et qui dort bien. Mais ma petite Camila est née en hurlant. Les nuits qui ont suivi, elle pleurait souvent, un peu trop, même. Au début, j’ai pensé que c’était normal et qu’elle allait moins pleurer avec le temps. Elle ne dormait que deux heures d'affilée. Elle voulait être allaitée chaque deux heures. Elle voulait juste être dans mes bras, la tête collée sur ma poitrine. C'est comme si elle reconnaissait les battements de mon cœur et qu'elle avait besoin de les entendre. 

 

Puis, alors qu'elle avait presque 18 mois, elle ne dormait pas beaucoup et son alimentation se limitait à du lait, des céréales pour bébé (et pas n’importe quelle sorte), et quelques purées faites maison. Évidemment, son entrée à la garderie a été difficile pour elle. Elle a pleuré quand je la laissais avec l'éducatrice et c’était comme cela pendant un an. Je devais cuisiner avec elle dans mes bras, j’allais aux toilettes avec elle et je faisais le ménage avec elle. Vive le portage! J’étais épuisée. Lorsqu’elle se réveillait la nuit, elle ne voulait que maman. Je passais des nuits blanches et je devais aller travailler le lendemain. Je me sentais vraiment incompétente comme mère. Je croyais que je faisais quelque chose de pas correct.

 

Un jour, j’ai écouté un reportage sur les BABI. Ah! J’ai enfin compris! Ma fille était un BABI; un bébé aux besoins intenses. Selon La Presse, c'est dans les années 80 que le Dr Williams Sears, un pédiatre américain, a inventé ce terme pour décrire les bébés comme ma petite Camila. Essentiellement, ce sont des enfants qui ont besoin d’être pris dans les bras et consolés  plus souvent que les autres. Ce sont des bébés très sensibles à leur environnement, aux textures, odeurs, lumière, etc. Pour ma fille, même certaines textures de vêtements l’a dérangeaient. Ce sont aussi des enfants qui vivent très difficilement les changements de routine.

 

Même si je n'aime pas trop l'idée de mettre des étiquettes à nos enfants, le fait de découvrir un terme qui colle à la particularité de ma fille m'a aidé dans mon rôle de maman. J'étais moins sévère avec moi-même. Je déculpabilisais plus facilement. Je faisais de mon mieux.

 

Finalement, Camila a grandi et ses besoins devenaient de moins en moins intenses. Ma fille avait trois ans lorsqu’elle a commencé à dormir toute la nuit sans se réveiller pour que maman ou papa vienne la rassurer. Aujourd’hui, ma petite Camila a six ans et elle va bien. Les premières années de sa vie ont été très intenses, mais l’amour qu’elle me donne est également intense.

 

Avez-vous aussi un bébé aux besoins intenses?

 

Si vous avez besoin d’aide, la LigneParents vous offre du soutien professionnel gratuit 24/7:

1-800-361-5085

 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES