Tout ce qu'on ne devrait jamais dire à une personne infertile

Crédit photo: Unsplash

Ce texte nous a été envoyé par Isabelle Fortin, étudiante à la maîtrise en travail social. 

 

Dans le cadre de ma recherche pour ma maîtrise en travail social, portant sur le vécu de l'infertilité chez les hommes et les femmes du Saguenay-Lac-Saint-Jean, j'ai eu la chance de rencontrer 9 personnes vivant ou ayant vécu des difficultés de procréation qui m'ont partagé leur expérience et se sont confiées à moi sur les diverses difficultés rencontrées durant leur parcours. Je me suis rendu compte, lorsque j'ai fait l'analyse de mes entrevues, que les personnes infertiles sont souvent très mal comprises par les gens dans leur entourage, ce qui les affecte beaucoup et influence négativement leur vécu de l'infertilité.

Avec l'augmentation constante des difficultés de procréation dans notre population, presque 1 couple sur 5 vivra un jour des problèmes de conception. Vous serez donc très probablement confronté.e, un jour ou l'autre, à une personne dans votre entourage qui vivra cette problématique. Ainsi, pour vous aider à mieux supporter ces personnes, je vous partage des extraits d'entrevue de mes participant.e.s qui énoncent les faux pas irritants qu'ils ont vécus avec leur entourage. En prenant connaissance de ces erreurs communes, vous pourrez plus facilement les éviter et offrir le support et l'écoute adéquats.

 

5 types de remarques à éviter absolument

1. Poser la fameuse question: « pis, quand est-ce que vous allez avoir des enfants? »

Tu sais, moi, j’ai toujours un malaise à [la question] : « puis, c’est quand les enfants? », j’ai un malaise avec cette question-là même si je ne vivais pas d’infertilité, c’est comme… ce n’est pas de vos affaires. [...] Je veux dire, tu ne sais pas ce qu’ils vivent… (Stacy, 28 ans)

C'est une question qui peut sembler banale et qu'on pose souvent lorsqu'on rencontre quelqu'un, en particulier lors des rencontres sociales comme le party de Noël. Mais poser cette question à une personne infertile, c'est en quelque sorte retourner le fer dans la plaie en lui rappelant qu'elle n'a pas encore d'enfants. Alors Stacy a bien raison, on ne peut jamais savoir si une personne vit de l'infertilité ou non, alors peut-être devrions-nous enlever cette question de notre « small talk » habituel?

 

2. Dire des répliques toutes faites et envoyer des articles pseudo-scientifiques sur la fertilité.

Tous ces commentaires-là : « la vie est bien faite, il n'y a rien qui arrive pour rien », « tu y penses trop, laisse faire les choses, ça pourrait se faire naturellement aussi »; tous ces commentaires-là c’est tellement à bannir! « Lève-toi les pattes dans les airs »… Penses-tu qu’[on] ne l’a pas essayé? [...] Moi j’ai encore des fois des gens qui m’envoient des affaires sur Facebook : « Comment augmenter votre fertilité ». C’est plus loin que ça mon problème! (Alice, 26 ans)

Bien que probablement bien intentionnés, ces commentaires véhiculés par l'entourage donnent l'impression aux couples infertiles que leur situation n'est pas prise au sérieux. Également, la plupart des trucs de grand-mère pour tomber enceinte, comme se lever les pattes dans les airs, les personnes infertiles les ont déjà essayés avant de se rendre en traitements de procréation. Les causes de l'infertilité sont multiples et souvent beaucoup plus complexes qu'une simple histoire de spermatozoïde qui ne se rend pas à l'ovule... Ce sont donc des paroles et des gestes à éviter!

 

3. Donner comme exemple les histoires qui finissent bien de l'ami d'un ami d'un ami...

Pas raconter les histoires que tu connais un gars que lui ça faisait 5 ans qu’il s’essayait, puis que là un moment donné ils ont décroché puis que ça a fait… Je pense d’après moi que c’est toute la même personne, rumeur, légende urbaine qui circule! Tu sais, c’est de la « bullshit! » Puis, ce qui ne savent pas là-dedans c’est que… moi je suis pas mal sûr que les petits miracles tout d’un coup, rien ne te dit que ce n’était pas le gars [qui était infertile] puis qu’ils n’ont pas pris un donneur. […] Fait que la belle histoire de dire que ça a fonctionné, bien c’est un peu de la « bullshit », puis arrêtez d’écœurer le monde avec ça, ça aide « fuck all ». (Maxime, 33 ans)

Cette histoire, je l'avais déjà entendue avant même de débuter ma recherche et bizarrement, elle a été racontée à presque tous mes participant.e.s à un moment ou un autre de leur parcours... Probablement destinée à redonner espoir aux personnes infertiles, cette anecdote perd toutefois de sa crédibilité puisqu'on ne peut en identifier ni la source, ni la véracité. Et vous, avez-vous déjà eu vent de cette anecdote?

 

4. Se plaindre de la parentalité.

C’est sûr que des fois [...] comme je le disais tantôt, il y a des gens qui peuvent être vraiment maladroits. Il y a des gens qui nous disent des phrases comme mettons « tu es chanceuse, profites-en là, tu vas voir quand tu en as [des enfants] tu ne dors plus! » On s’en torche, quand tu vis [l’infertilité] tu ne veux pas entendre ce genre de phrases là. (Laurie, 33 ans)

Même si la parentalité n'est pas toujours rose, avoir des enfants apporte aussi énormément d'amour et de bonheur. Ce sont ces deux dernières choses que recherchent les couples infertiles en voulant fonder une famille et leur rappeler les mauvais côtés d'être parent ne les rendra pas miraculeusement heureux et reconnaissants de ne pas encore avoir d'enfants.

Les personnes infertiles savent déjà qu'avoir des enfants n'est pas facile tous les jours et ce genre de remarques manque d'empathie et banalise leur vécu difficile (même si ce n'est pas l'intention).

 

5. Faire de l'infertilité un sujet de moquerie.

Chez les gars on va dire, mettons dans le vestiaire quand on fait du sport, des gars qui font des jokes plates. La première tu la ris, la deuxième tu ne dis pas un mot et la troisième, tu expliques à la personne que c’est un peu cave comme joke. Des… « ah! Je vais te montrer comment faire » et… « tu n’es pas un vrai homme » … Pas que tu n’es pas un vrai homme, mais des manières de dire qui vont vers ça. (Julien, 34 ans)

Ces blagues sont plus souvent dirigées vers les hommes et sont particulièrement mal reçues par ceux-ci. Même s’ils sont conscients qu'elles ne sont pas fondées et qu’elles véhiculent des stéréotypes, elles viennent toutefois blesser leur estime d'eux-mêmes qui est déjà à la base affectée par les difficultés de procréation, qu'ils soient à la source de l'infertilité ou non. En plus, ce n'est pas vraiment drôle comme jokes, alors abstenez-vous!

 

Et maintenant, qu'est-ce qu'on PEUT dire?

Maintenant qu'on sait ce qu'il ne faut pas dire ou faire, comment venir en aide à une personne infertile? Quels sont leurs attentes et leurs besoins envers leur entourage?

1. Informez-vous sur cette problématique: ses causes, ses conséquences et ses divers traitements. Vous pourrez ainsi aider votre proche dans sa prise de décisions éclairées (s'il vous le demande, bien sûr). Toutefois, assurez-vous de l'authenticité de vos sources, car beaucoup de désinformation circule sur Internet.

2. Prenez conscience de vos propres préjugés et croyances envers l'infertilité pour éviter de véhiculer des faits erronés et des stéréotypes lors de vos conversations.

3. Offrez une oreille attentive qui ne jugera pas ainsi qu'une présence rassurante et inconditionnelle. Si vous ne savez pas quoi dire, ne dites rien et écoutez; c'est souvent suffisant.

4. Aidez-les à se changer les idées en leur proposant des choses qui leur font du bien.

5. Encouragez-les à avoir recours à de l'aide professionnelle (travailleur social, psychologue, sexologue, thérapeute conjugal) s'ils en ont besoin. L'infertilité engendre beaucoup de détresse psychologique et peut même participer au développement de certains problèmes de santé mentale, comme la dépression ou l'anxiété. Il vaut donc mieux consulter avant d'en arriver là!

6. Prenez conscience que l'infertilité, ce n'est pas banal! Les personnes qui y sont confrontées vivent des conséquences importantes dans toutes leurs sphères de vie! Elles ont donc besoin plus que jamais de votre support pour arriver à s'adapter à tous les bouleversements que provoque l'infertilité dans leur vie.

 

J'espère que ces petits conseils et témoignages pourront vous aider si vous rencontrez un jour une personne qui vit l'infertilité. Rappelez-vous qu'on ne peut pas vraiment comprendre une situation qu'on n'a jamais vécue, mais qu'on peut toutefois faire preuve d'ouverture d'esprit et d'empathie. Votre proche vous en sera d'autant plus reconnaissant et s'en portera mieux!

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES