Du doux dans le confinement : mes nouveaux petits bonheurs

Crédit photo: Nolan Issac/Unsplash

Entendons-nous : le confinement n'est facile pour personne. Que l'on travaille ou non, que l'on ait des enfants ou non, la situation actuelle est loin d'être évidente. Mais au fil des semaines, sans trop m'en rendre compte, je me suis adaptée à ma nouvelle routine. J'ai trouvé mon rythme dans cette nouvelle réalité. Et j'ai trouvé un peu de doux : des petits riens qui illuminent un peu mes journées et me sortent la tête du chaos. De toutes petites choses qui me font du bien. J'ai eu envie de les partager avec vous parce que, pourquoi pas, après tout?

Mon latte quotidien

Auparavant, les matins de semaine, c'était au bureau que je préparais mon café : un café bien ordinaire fait dans une cafetière à piston. J'avais toujours un peu hâte à la fin de semaine pour me préparer un bon latte à la maison avec ma machine à espresso. Depuis deux mois, j'ai droit à mon latte tous.les.matins et ça me rend vraiment, vraiment heureuse.

La possibilité de faire la grasse matinée

Depuis des années, je me levais à 6 heures la semaine pour préparer les troupes avant d'attraper l'autobus et me rendre au bureau. Maintenant que je travaille de la maison et que je n'ai plus d'autobus à attraper, je snooze jusqu'à 7 heures. Après deux mois, je remarque que je suis moins fatiguée qu'avant en fin de soirée. Peut-être que je commence à rattraper le déficit de sommeil accumulé depuis que je suis maman?

L'absence de lunch à préparer

C'était la routine : cinq soirs par semaine, après le souper, je préparais le lunch et les collations de Coco pour le lendemain pendant que mon chum rangeait la cuisine. J'étais bien organisée alors ça ne me pesait pas tant que ça, mais reste que je ne m'ennuie pas des soirs où l'inspiration n'était pas là et où je fixais longuement le frigo en espérant en vain qu'il me fasse des suggestions!

Le temps gagné grâce au télétravail

Avant, je quittais la maison à peine plus d'une heure après m'être levée, pendant que les enfants déjeunaient. À mon retour, j'aidais Coco à faire ses devoirs pendant que mon chum allait chercher Bout d'Chou à la garderie, puis on disposait d'environ trente minutes pour manger et quinze minutes pour jouer avant de monter pour le bain-histoire-dodo. Ensuite, une fois les enfants couchés, c'était l'heure de cuisiner le souper du lendemain.

C'était une éternelle course contre la montre qui nous laissait bien peut de temps de qualité avec les enfants — du temps passé autrement qu'à leur répéter « utilise ta fourchette pour manger » ou « arrête de tirer sur le chandail de ton frère », je veux dire.

Maintenant, plus besoin de courir. Plus besoin de presser les enfants pour sortir de la maison à l'heure le matin. Plus besoin de cuisiner à l'avance parce qu'on a le temps de préparer le souper une fois la journée de travail terminée. C'est inédit et franchement agréable.

Les articles qui n'ont PAS été perdus à l'école cette année

Personnellement, je considère comme une grande victoire chaque soir où Coco ramène de l'école toutes ses choses sans exception. Après mon expérience de l'année dernière, j'avais d'ailleurs préparé une bonne réserve de cache-cou cette année. Mais mis à part une tuque, Coco n'a rien perdu cette année. Oui, il a vieilli et il fait sans doute un peu plus attention à ses choses, mais je suis quand même convaincue qu'il aurait perdu plus d'articles si les écoles n'avaient pas été fermées. Pour moi, c'est une de nos grandes réalisations familiales de l'année!

 

Évidemment, je me serais passée de la pandémie, mais trouver des petits bonheurs dans l'imprévisible, ça me met du baume au coeur, un peu comme les arcs-en-ciel que je vois un peu partout et qui me rappellent que #ÇaVaBienAller.

Avez-vous aussi trouvé du doux dans le confinement?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES