Devenir maman, quelle aventure! Une belle et magique aventure, certes, mais également parsemée d’embûches, de cailloux de frustration et de questionnements en tous genres. Tout au long de ce chemin, il nous arrive à toutes d’oublier qui nous sommes et de mettre de côté notre pouvoir et valeur de femme. Le temps d’une journée, d’un instant… ou pour un laps de temps plus long qu’on aimerait se l’avouer. Bien sûr, cela m’est déjà arrivé, et plus d’une fois. 

Une maman c’est la personne qui peut remplacer n’importe qui, 

mais qui ne peut être remplacée par personne…

 – Auteur inconnu

Au début du confinement, une tonne de briques s’est abattue sur moi avant même que je ne puisse anticiper sa chute. Faut dire qu’étant maman solo (d’une petite de 4 ans) et entrepreneuse (vivant dans un petit appartement sans jardin), je ne m’attendais pas à un autre scénario : retards, clients stressés, deadlines anticipés, une rafale d’urgences et d’appels. Et tout cela en plus de l’intendance quotidienne et l’envie (et le besoin) de m’occuper de ma louloute. Seule. Bref, le dilemme classique ! Que je ne suis (hélas) pas la seule à connaître…

Un jour, après avoir tenté de *tout* gérer avec mes deux bras gesticulants et un seul cerveau, j’ai été engloutie par une vague de culpabilité. Ma fille me suppliait d’attention et de câlins alors que moi, j’aspirais à avoir un moment seule, enfoncer mes écouteurs dans mes oreilles et entrer dans ma bulle. Je voulais simplement avoir la paix. Que le téléphone cesse de sonner, que les courriels s’évaporent, que ma liste interminable de choses à faire se fasse la malle. Que je puisse me ressourcer et remplir ma coupe à ma guise. N’ayant pas le luxe de le faire, j’ai craqué. Devant ma fille. La coupe avait fini par déborder. 

Crédit:Kelly Sikkema / Unsplash

J’avais l’impression de ne pas être à la hauteur, en tant que professionnelle, mais surtout en tant que maman. C’est à ce moment-là que ma fille, pourtant démunie, m’a serrée contre elle et a étalé mon mascara de ses bisous. Enveloppée dans sa douceur innocente, je me suis ressaisie. Je, nous, ne sommes pas des machines. Nous sommes des êtres humains. On ne sait pas *tout* faire et c’est OK! Pour nos loulous, nous ne sommes pas qu’une « simple maman », nous sommes bien plus que ça… 

Alors, les mamans, avant d’entamer toute nouvelle journée, n’oubliez pas de vous sourire dans la glace et de garder la tête haute. Vous pouvez être fière de tout ce que vous faites (même si vous avez parfois l’impression que ce n’est pas assez, ce l’est, et même plus).

Vous avez une histoire à partager? Écrivez-nous au info@tplmag.com

Plus de contenu