Mon garçon est arrivé par un bel après-midi ensoleillé, il est sorti rapidement, en seulement trois poussées, sans se douter de ce qui l’attendait dehors : de beaux visages masqués lui souriant en secret. Accoucher en pleine pandémie, c’est angoissant pour beaucoup, imprévisible pour la majorité, c’est nouveau pour chacune d’entre nous. Accoucher en pleine pandémie, c’est aussi regarder la tempête et lui dire qu’on est plus fortes qu’elle. Mais après l’accouchement, qu’est-ce qui nous attend? Cette question m’a tourmentée de longues semaines avant l’arrivée de mon bébé. J’ai questionné médecin de famille, sage-femme, amies dans la même situation : comment j’allais pouvoir protéger mon bébé tout nouveau, tout petit? Comment j’allais pouvoir le protéger sans l’enfermer, le remplir d’amour sans permettre à tous de le toucher, de le prendre? Qu’est-ce que j’allais permettre?

Personne ne pouvait me donner de réponse satisfaisante parce que la vérité, c’est qu’il y a autant de réponses qu’il y a de familles accueillant un nouveau-né, chacun agissant au mieux selon sa situation et sa réalité. J’ai quand même voulu vous faire une brève liste des petites choses parfois drôles et moins drôles de cette situation hors du commun :

  • Quand les grands-parents prennent bébé en étant masqués, ça fait des photos vraiment uniques pour son journal de bébé!
  • Le fameux journal de bébé, parlons-en! Ça me fait mal de le comparer à celui de sa grande sœur, qui a reçu tant d’amour après la naissance. Lui a été visité par grand-papa, grand-maman, parrain, marraine et… c’est tout. Bon, les gens lui donneront autant d’amour plus tard, bien sûr!
  • Les gens nous laissent de la nourriture pour nous aider sans entrer dans la maison. Tout d’abord, merci! Les petits plats nous ont permis de survivre les premières semaines. Puis, c’est tout, juste merci. Personnellement, je n’ai pas mal vécu le manque de visites au début, c’était bien de vivre cela en intimité. J’aurais peut-être apprécié que quelqu’un vienne jouer avec ma grande le temps d’une petite sieste, mais bon, on a survécu!
  • Quand une vieille dame masquée au parc enlève son masque pour sourire à ton bébé, qu’elle prend ton sourire pour une invitation, s’avance avec l’intention de toucher ton bébé et que ton « NON » retentit fort, très fort. Désolé madame, vous vouliez sûrement bien faire, mais juste non.
  • Quand tu voudrais juste rester enfermée avec le nouveau-né jusqu’à ce que tout se termine, mais que tu as une grande fille qui a besoin de sortir (et que toi aussi, dans le fond, tu en as besoin).
  • Quand tu te rends compte que tu n’as pas du tout profité de l’été : avant d’accoucher, il ne fallait rien attraper, même pas un petit rhume de peur d’être classé direct COVID et de devoir accoucher à l’hôpital, puis après l’accouchement ben, tu as un bébé tout neuf, les sorties doivent attendre un peu.
  • Quand tu espères que tes enfants sont au courant qu’il y a tout un monde en dehors de la maison (haha!).
  • Quand les conseils des différents professionnels de la santé se contredisent et que personne ne sait vraiment ce qui est le mieux… Il faudra se fier à son instinct de maman.

Finalement, c’est ça que j’aimerais que vous reteniez de ce petit texte : le plus important est de se fier à votre instinct parental. Avant que mon petit bébé vienne au monde, je me tourmentais et je questionnais autour de moi pour connaître les meilleures pratiques sans jamais trouver de réponse claire; c’est nouveau pour tout le monde et même les scientifiques ne connaissent pas toujours la réponse. La réponse est venue quand on a déposé mon petit paquet d’amour sur mon ventre. C’était mon garçon, mon trésor et je savais comment le protéger.

Avez-vous accouché récemment, en pleine pandémie, vous aussi?

Plus de contenu