Avoir l’impression d’être incompétente dans toutes les sphères est un sentiment atroce, l’un des pires feelings que je connaisse et pourtant, je le vis pour une 2e fois. Je me sens complètement incompétente dans mon rôle de femme, de conjointe et dans celui de maman. 

Pour résumer, je suis enceinte de notre bébé surprise 4. Nous avions ouvert la discussion à savoir si on voulait un autre enfant puisque la grossesse de ma dernière avait été très difficile; j'ai vécu plusieurs hospitalisations et été alitée à partir de 27 semaines, puis j’ai réussi à la rendre à terme à 37 semaines pile. Pendant qu’on avait ouvert la discussion, bébé était déjà là. Cependant, la grossesse ne va pas vraiment mieux que lors de celle de sa sœur; à 26 semaines, je suis alitée et je n’ai pas vraiment « le droit » de m’occuper seule de mes autres coquins.

J'ai l'impression d'échouer à mon rôle de maman de 3 cocos qui ont besoin de leur maman, mais maman doit rester couchée le plus possible et bouger le moins possible, ce qui ne correspond pas tout à fait au profil d'activité d’un coquin de 5 ans, d’un 3 ans et demi et d’une poulette de 2 ans. Je dois solliciter l’aide de mon entourage pour s’occuper d’eux, les amuser et leur faire dépenser leur énergie... dans un contexte de pandémie.

J’ai la chance d’avoir une famille en or qui m’aide ÉNORMÉMENT, car papa doit travailler. J'échoue à mon rôle de porteuse de bébé, j’ai l’impression que mon corps trahit ce petit être qui grandit en voulant la faire venir au monde beaucoup trop tôt pour elle. Elle est beaucoup trop petite, j’ai l’impression de devoir
la faire travailler pour qu'elle s'accroche le plus longtemps possible. Pour le moment, c’est le statu quo, elle va super bien, elle s’accroche et avec le suivi extraordinaire des médecins, mon corps ne tente pas de l’expulser de sa place au chaud.

J'échoue à mon rôle de conjointe, dans le travail d’équipe. Mon conjoint doit s’occuper des soupers, des tâches ménagères et des routines en majorité seul en plus de travailler. Il est un papa merveilleux, mais il est brûlé. On s’entend aussi que tout rapprochement n’est pas possible pour ne pas risquer que mon travail commence... pas facile non plus, car ce n’est pas l’envie qui manque et c’est même frustrant. La charge de la journée devient si grande que le couple se tasse énormément.

J'ai aussi l'impression d'échouer à mon rôle professionnel; même si je suis en congé tout l’été par mon métier, je n'ai pas réussi à l'exercer un peu en tant que travailleuse autonome pour la saison estivale, comme je le fais habituellement. Je ne peux pas, je suis éducatrice spécialisée, je ne dois pas me placer en situation de risque et je dois rester alitée, ce qui n’est pas super compatible avec le métier actif que j’adore.

J’ai l’impression de ne rien accomplir de ma vie en ce moment, de servir de bibelot. Bref, je sens que j'échoue à chacun de mes rôles et c'est difficile à assumer. Je sais que tout cela est passager, le temps que notre dernière cocotte soit prête à venir au monde. D’ici là, nous devrons être créatifs pour pouvoir profiter de chaque instant et je vais faire de mon mieux pour accepter et modifier ce sentiment d'échouer qui m'envahit, car il y a un bon côté à chaque situation... Je ne l'ai tout simplement pas encore trouvé. Mais heureusement, le simple fait de mettre en mots ce que je ressens m'a fait du bien.

Ce témoignage nous a été envoyé par une lectrice. Vous avez aussi une histoire à partager? Écrivez-nous au info@tplmag.com

Plus de contenu