Parce que plein de cocos veulent des écrivains qui les représentent. J’enseigne dans la grande région de Montréal depuis de nombreuses années. J’ai donc la chance d’enseigner à des élèves qui ont pour la majorité vécu dans un autre pays. Ça nous permet d’échanger sur leurs cultures et leurs réalités. En classe, j’en profite pour parler de leur langue maternelle et de faire des parallèles avec le français. J’ai aussi un projet avec des livres bilingues.

Quand j’organise une activité en classe, j’aime qu’elle reflète la diversité présente dans la classe et dans la société. Depuis maintenant quelques années, il y a un programme du gouvernement, le programme Répertoire culture-éducation (un nom zéro sexy, mais qui dit bien ce que c’est). Il permet d’avoir du financement pour inviter des artistes de tous genres en classe, autant au primaire qu’au secondaire. De nombreux écrivains, musiciens et autres artistes talentueux offrent des activités culturelles aux élèves. Malheureusement, dans certaines catégories, il y a peu de diversité. Comme je ne représente pas la diversité présente dans ma classe, j’essaie d’inviter des artistes qui eux, représentent les différentes nationalités des élèves.

L’an prochain (ou selon la COVID-19), j’aimerais monter un projet d’écriture sur plusieurs semaines avec un auteur auquel mes élèves pourraient s’identifier. Je souhaite leur montrer qu’écrire des livres n’est pas réservé à une certaine catégorie de gens et que leur réalité et leurs idées valent la peine d’être exprimées et lues.

En ce moment, le programme est justement en période d’inscription pour les artistes et écrivains jusqu’au 15 janvier 2021. Passez le mot!

Plus de contenu