Je suis enceinte de mon troisième enfant et j’ai peur d’accoucher.

Petite mise en contexte de ma première expérience d’accouchement. J’ai donné naissance à mes jumeaux par césarienne planifiée. C’était tout de même étrange d’être assise au bureau de la médecin qui suivait ma grossesse et de regarder ensemble nos agendas respectifs afin d’établir la date de naissance de mes bébés. Bref, cet accouchement n’avait rien de physiologique. Ils sont nés sans qu’aucun travail ne soit entamé, mon corps n’était pas prêt à donner naissance et ces bébés n’étaient surtout pas prêts à venir au monde si tôt, soit à 32 semaines. Des complications de grossesse ont nécessité qu’ils naissent dans ce contexte. Cela dit, l’important aujourd’hui est que mes jumeaux et moi sommes en santé. Mais me voilà enceinte de mon troisième enfant, et j’ai peur d’accoucher.

J'ai longuement réfléchi à la manière dont je voulais donner naissance cette fois. Ayant déjà subi une césarienne, j'avais l’option de reprendre une césarienne planifiée. Ou encore, l’option de tenter un AVAC (accouchement vaginal après césarienne). Cette réflexion n’a pas été facile, car d’un côté, la césarienne me semblait attrayante puisque c’était du connu. L’accouchement vaginal me terrifiait, je voyais cela comme se lancer dans le vide et renoncer à tout contrôle. Mon choix s’est finalement arrêté sur le désir de tenter un AVAC. Mais voilà, même si j’ai mûrement réfléchi et pris cette décision de laisser une chance à mon corps d’accoucher par voie basse, j’ai peur d’accoucher.

Je suis à la moitié de mon deuxième trimestre. L’accouchement est prévu pour le début du printemps. J’espère réussir mon AVAC. J’aimerais mettre toutes les chances de mon côté. Je me renseigne, je lis, je parle d’accouchement avec des mamans autour de moi, je vais mettre à mon agenda des visites chez l'ostéopathe, l'acupunctrice, le physiothérapeute et tout le tralala. Je vais faire du ballon et des exercices pour préparer mon corps. Je suis preneuse de tous les conseils, de vos conseils aussi. Cela dit, malgré toutes les énergies et tous les efforts que je vais dédier à ma tentative d’AVAC, je m’accorde surtout le droit de ne pas réussir. Et cela ne sera pas un échec, loin de là. Je serai surtout fière d’avoir osé essayer.

Car au bout du compte, que mon accouchement se déroule comme je l’espère ou qu’il se déroule autrement, mon seul désir est que bébé-bedon et moi soyons en santé.

Avez-vous vécu un AVAC? Comment est-ce que ça s'est déroulé pour vous?

Plus de contenu