Lors de ma première grossesse, j’étais tellement excitée d’être enceinte et d’accueillir un nouveau bébé dans ma vie que les neuf mois m’ont parus une éternité. Grâce à un test sanguin, j’ai su que j’attendais un garçon lorsque j’avais à peine 12 semaines de grossesse. Ainsi, Guy et moi avions commencé très tôt à décorer la chambre de notre petit Mason et à acheter plein de choses de petit garçon. Lorsque je suis tombée enceinte du deuxième, j’étais en plein déménagement. Les circonstances ont fait que je n’avais pas autant le temps de magasiner des petits trucs de bébé. Je n’avais pas non plus le luxe de décorer la chambre à 12 semaines. J’ai su que j’attendais un garçon à 21 semaines de grossesse. J’ai emménagé dans ma nouvelle maison 7 jours avant d’accoucher. Et puis, une idée m’a traversé l’esprit...

Cette idée était que si j’avais un autre enfant, je ne voulais pas connaître le sexe. Pourquoi? Parce que je voulais vivre la plus grande surprise de ma vie. Je rêvassais à l’idée d’accoucher sans savoir ce qui pointerait le bout de son nez. C’était un rêve que je voulais réaliser, mais encore fallait-il que je convainque Guy... et presque la totalité de notre entourage. Pour ce faire, voici une petite liste des arguments et des solutions proposées.

Les vêtements

C’est vrai que j’avais 2 garçons, alors une garde-robe composée uniquement de jeans, de chemises à carreaux et de pyjamas bleus (#stéréotypes). D’autant plus que je ne voulais pas habiller ma (potentielle) fille dans les pyjamas beiges et gris de ses frères (on m’avait suggéré de lui mettre des couleurs neutres...). Donc, un mois avant d’accoucher, j’ai acheté une quinzaine de beaux morceaux de petite fille chez Carters et Walmart. Ce sont 2 magasins où j’avais 90 jours pour un remboursement. Ainsi, j’étais prête à accueillir ma fille avec des robes et des tutus roses,  remboursables.

La chambre

Encore là, je ne pouvais pas faire une chambre de « petit garçon » comme j’avais fait pour mes 2 derniers. Et si j’avais une fille, je voulais faire une vraie petite chambre de princesse. Nous avons donc pris la décision d’attendre de connaître le sexe avant de décorer. Par contre, les meubles et le nécessaire y étaient. De toute façon, le bébé cohabite dans notre chambre durant les premiers mois de sa vie. Nous allions décorer quelques semaines après son arrivée. Mais entre vous et moi, j’aurais pu opter pour le vert menthe, le turquoise ou encore le jaune qui sont des couleurs qui conviennent autant pour un garçon que pour une fille.

Le prénom

Pour le choix du prénom, nous avions l’option d’y aller avec quelque chose qui convienne aux deux sexes comme Eli ou Raphaël ou encore, d’attendre l’arrivée du bébé pour décider. C’est ce que nous avons fait. Par contre, nous avions laissé nos 2 garçons de 5 ans et 2 ans et demi lui trouver un nom temporaire. Nous l’avons donc appelé Minion tout au long de la grossesse.

La déception préparation

Comme j’avais déjà 2 garçons, quelques personnes espéraient (plus que moi d’ailleurs) que j’aille une fille pour compléter ma famille. Ainsi, pour eux, connaître le sexe de bébé d’avance permet de se préparer et d’éviter une certaine déception. Je sais que l’on peut secrètement espérer un garçon ou une fille lorsque l’on est enceinte. Par contre, pour moi c’était clair: je voulais un bébé en santé. Le sexe n’avait pas d’importance et c’est d’ailleurs pour cela que je voulais vivre la surprise.

Voilà. Au final, j’ai réussi à convaincre Guy, le principal concerné de l’histoire. Cela n’a pas été facile pour lui, surtout lors de la prise sanguine de 12 semaines où j’ai refusé de connaître le sexe. Ni même lors de l’échographie de 21 semaines où il a dû fermer ses yeux. Il a remis en question cette décision tellement souvent. Mais au final, il dit que si c’était à refaire, il le referait sans aucun doute. Il était tellement excité la journée de l’accouchement. Et pour moi, l’arrivée de ce troisième petit garçon dans nos vies a été de loin, la plus belle surprise de ma vie!

Plus de contenu