Quand je suis devenue maman, j'ai poursuivi sur ma lancée : couches lavables, lingettes lavables, achat d'articles usagés, etc. C'était facile. Facile parce qu'il s'agissait d'éléments sur lesquels j'avais le contrôle. Mais dans la vie, on ne contrôle que très peu de choses. Surtout quand il y a des enfants dans le portrait. Je continue à faire de mon mieux, bien sûr, mais j'ai dû lâcher prise et accepter que sur certains trucs je n'aie pas le contrôle. Parce qu'à certains égards, parentalité rime avec gaspillage.

Alors je serre les dents, et je gaspille. Surtout en ce qui concerne…

Les bricolages et les dessins

La quantité de bricolages et de dessins qui se retrouvent au recyclage depuis que j'ai des enfants est effarante. J'ai beau réutiliser tant que possible (papier brouillon, boîtes de carton, rouleaux de papier de toilette, cartons d'œufs) et conserver les retailles, je ne fournis pas, et c'est du papier neuf qu'on utilise le plus souvent. Les dessins — souvent diverses réinterprétations du même concept — s'empilent sur la table de la cuisine à une vitesse folle, me forçant à faire le tri au moins une fois par semaine. J'en affiche certains, j'en conserve d'autres, mais il est tout simplement impossible de tout garder. Et je ne vous parle même pas de ce que les garçons ramènent de l'école et du service de garde! Mais faudrait-il vraiment les empêcher de développer leur créativité? Bien sûr que non. Alors je recycle…

Les pansements

Je me souviens que, petite, je croyais que se cachaient dans les pansements des petits travailleurs qui venaient réparer mon bobo. Par conséquent, dès que je me faisais une petite égratignure, je me mettais un pansement pour qu'elle puisse guérir! Quel gaspillage! J'ai donc expliqué à Coco et à Bout d'Chou que les pansements sont généralement inutiles pour les blessures qui ne saignent pas. Et je dois dire que bien souvent ils se montrent raisonnables. Souvent, je donne des bisous magiques ou j'applique de la glace pour faire passer la grosse peine causée par le petit bobo. Mais il y a des fois où rien, absolument rien d'autre qu'un pansement ne saurait faire l'affaire. Ces fois-là, je me rends à l'évidence. Il faut savoir respecter la magie des pansements…

La nourriture

Je suis une adepte de la théorie qui veut qu'aux repas, les parents décident de la qualité, les enfants décident de la quantité. Autrement dit, je décide ce qui va dans l'assiette, et Coco et Bout d'Chou décident ce qu'ils en mangent. Ça permet d'exposer régulièrement les enfants à une variété d'aliments (et parfois après quelques mois, ils finissent par accepter certains légumes), mais ça fait aussi que les assiettes ne sont jamais vides à la fin du repas. Il reste systématiquement une pile de poivrons, d'épinards ou d'autres mal-aimés qui vont finir leur vie au compost. Et gaspiller de la nourriture, je déteste vraiment, mais vraiment ça. Mais je ne peux pas non plus cesser de proposer des oignons aux enfants…

Alors voilà. Je n'aime pas ça, mais je gaspille. Je me console en me disant que c'est temporaire. À 18 ans, les enfants ne devraient plus passer au travers d'autant de pansements, non?

Et vous, sur quelles batailles environnementales avez-vous lâché prise?

Page d'accueil