Notes : Ce texte est basé sur les informations les plus récentes au moment de sa publication. Avec l’avancement de la science, les données mentionnées ne seront plus nécessairement à jour au moment de votre lecture. Les sources de ce texte sont toutes en français. Les sources sont aussi très diversifiées afin de démontrer le consensus sur les questions abordées.

J’ai reçu mes deux doses de vaccin il y a déjà quelques semaines. Tous mes vaccins sont à jour et puisque j’ai voyagé j’ai même le fameux passeport de la fièvre jaune (un vaccin obligatoire pour entrer dans certains pays). Cependant, je comprends que ce ne soit pas le cas pour tout le monde. Je vous propose donc des réponses aux questions/inquiétudes que j’avais concernant le vaccin. Je ne suis pas une professionnelle de la santé, c’est pourquoi ce texte est rempli de liens. Je vous invite d’ailleurs à aller voir les sources si vous voulez plus d'informations.

La rapidité de la création du vaccin

Plusieurs raisons expliquent la rapidité de création du vaccin. Premièrement, de nombreux laboratoires ont mis leurs efforts en commun et ils avaient de l’argent disponible pour leurs recherches. On peut voir ce qui arrive quand de nombreux scientifiques travaillent dans un but commun #travaild'équipe. Aussi, les recherches effectuées en 2003 lors du SRAS (un autre coronavirus) ont permis aux scientifiques d’avoir déjà une base pour les vaccins actuels. Il faut aussi savoir que les trois phases de réalisation ont été respectées. Il reste encore l’évaluation du nombre d’anticorps à faire après 1 an, 2 ans ou 3 ans ainsi que l'évaluation à long terme d’autres variables sur l’efficacité. La phase 3, et les phases précédentes, ont toutefois été réalisées plus rapides que lors d’études précédentes sur d’autres vaccins puisqu’il y a avait de nombreux volontaires et de nombreuses sources de contagions. Il faut savoir que pour valider l’efficacité d’un vaccin il doit y avoir un groupe témoin qui ne le reçoit pas et un groupe qui reçoit le vaccin. Puis les gens vont vivre leur vie normale. Ensuite, les chercheurs compareront le taux de personnes malades du groupe qui a reçu le placébo et le groupe qui a reçu le vaccin. Comme les taux de contagion de la Covid-19 étaient élevés en 2020, les différents laboratoires ont pu rapidement constater que les gens du groupe témoins développaient davantage la Covid-19 en comparaison aux gens qui avaient reçu le vaccin. Ce sont quelques-unes des raisons qui expliquent la rapidité de création du vaccin. Combinées ensemble ces raisons ont accéléré considérablement le processus. 

Vaccin ARN et effets secondaires

Plusieurs questionnements concernent le type de vaccin. En effet, il en existe plusieurs types, ceux de la Covid-19 utilisés actuellement au Québec sont des vaccins à l’ARN. Il faut savoir que ce n’est pas la première fois qu’un vaccin à l’ARN est étudié/développé pour les humains. En effet, des vaccins à l’ARN contre le Zika sont à l’étude depuis plusieurs années. De plus, au Canada, les premières personnes à recevoir un vaccin contre la Covid-19 lors d’essais cliniques sont vaccinées depuis l’été 2020. Tout ça pour dire qu’au moment d’écrire ses lignes, les effets secondaires des vaccins sont bien connus puisque cela fait plus d’un an qu’ils sont étudiés et que les effets secondaires arrivent rapidement (minutes/heures/jours) après l’injection. Les effets secondaires les plus courants sont mineurs : douleur sur le site d’injection, mal de tête, fatigue, etc. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le lien ici.

Ces inquiétudes sur les vaccins sont normales. Si vous avez des hésitations, n’hésitez pas à en parler à un professionnel de la santé (pharmacien.ne, infirmier.e, médecin, etc.).

On poursuit la discussion dans un prochain article ! 

Page d'accueil