Notre bébé est encore tout jeune, mais MP et moi avons décidé d’entamer les démarches pour bébé #2 puisque ça peut être assez long. Comme c’est moi qui porterai notre 2e enfant, je dois faire une batterie de tests : hystérosalpingographie, prises de sang, test Pap, etc.
 
Je comprends que la clinique veuille en savoir le plus possible sur mon état de santé afin d’en avoir un portrait global et ainsi avoir le plus de chance possible que l’insémination et la grossesse soient des succès.
 
Là où je «débuzze», c’est quand, au premier rendez-vous, on m’a demandé de perdre du poids. Non je ne suis pas mince. Je l’ai été pendant 3 ans, parce que ma copine de l’époque avait une emprise malsaine sur moi et qu’elle m’avait dit qu’elle m’aimerait plus si je perdais du poids. Ça a totalement déréglé mon rapport à la nourriture.
Avec la fin de cette relation, je suis vite revenue à mon poids d’avant, celui que j’ai toujours pesé et qui est, selon le savant calcul d’IMC, celui d’une obèse morbide. Voyant cela, la madame du CHUM qui m’évaluait m'a demandé si je faisais de l'exercice, comme prendre des petites marches des fois. Je l’ai regardée dans les yeux et je lui ai dit la vérité : «non madame, je ne prends pas de «petites marches des fois». Je fais du CrossFit quatre fois par semaine et je dois lever votre poids sans même souffrir.».

        (Source)

Son jugement m’a vraiment blessée, surtout que depuis l’automne, je suis suivie par une nutritionniste pour m'aider à avoir une relation plus saine avec les aliments. Cette dame de la clinique vient donc de rouvrir grand la porte des régimes, du comptage de calories et de la restriction...
 
Je ne peux m’empêcher de penser que si j’étais hétéro et que je voulais un bébé (sans procréation assistée), personne ne me demanderait de perdre du poids avant de passer à l’action…
 

Avez-vous eu des commentaires sur votre poids pré-grossesse? Est-ce que ça vous inquiétait?

Page d'accueil