Lorsque j’ai vécu des difficultés à concevoir, j’ai vite remarqué qu’un malaise s’installait entre moi et mon entourage. Je pense que c’était dû à un mix de ne pas savoir quoi me dire et vouloir me protéger. Si vous avez quelqu’un dans votre entourage qui vit la même chose, je vous offre mes conseils (aucunement professionnels) pour vous aider à soutenir votre copine et éviter les malaises autant que possible.

1.   Ne l’isolez pas pour la protéger.
Vous avez eu un bébé (toutes mes félicitations by the way!) et vous organisez un play date/lunch de filles avec la gang dont elle fait partie. Invitez-la, même si vous avez peur que ça lui fasse de la peine d’être entourée de vos enfants. Si elle ne se sent pas capable de venir elle vous le dira ou annulera sa présence, mais au moins elle aura la certitude d’être dans vos pensées!

2.   Vous ne savez pas comment agir ou quoi lui dire?
Dites-le lui! Elle est la mieux placée pour vous dire quels sont ses besoins, et ça lui fera chaud au coeur d’avoir votre soutien.

3.   Ça y est, vous êtes enceinte! Même si vous appréhendez cette réaction :

N’attendez pas qu’il soit awkwardly trop tard pour lui partager la bonne nouvelle!

4.   Ça fait 2 ans qu’elle vous raconte les mêmes choses et vous trouvez ça plate et redondant?
Dites-vous qu’elle trouve ça encore plus plate et redondant que vous, mais votre oreille lui fait du bien!

5.   Vous trouvez qu’elle a la mèche courte? 
Ne le prenez pas perso, c’est probablement parce qu’elle est bourrée d’hormones et qu’elle se sent SPM x10 en tout temps.

Le dernier point et selon moi le plus important :
6.   Ne lui dites pas que ça va fonctionner quand elle va arrêter d’y penser!
Je sais qu’on a toutes une copine d’une copine qui est tombée enceinte par magie après avoir tout abandonné et/ou adopté un enfant. Mais ça ne reste que des cas isolés par rapport à une majorité à qui ce miracle n’arrivera pas sans aide et dont l’histoire est moins propice à être partagée. Quand on est infertile, on se retrouve souvent à faire de l’introspection et à se remettre en cause. La dernière chose dont on a besoin c’est de se sentir coupable de causer notre propre malheur en y pensant!

Est-ce que vous (ou une copine) vivez des difficultés à concevoir? Avez-vous des conseils, anecdotes ou questions à partager?

Page d'accueil