À cause de mon boulot, j’ai été amenée à pousser mes réflexions sur la notion de genre. Par sa définition, ce qui dissocie le genre du sexe biologique, ce sont les stéréotypes associés à celui-ci.

Et même en étant très informée à ce sujet, en discutant toujours avec mes enfants, en faisant bien attention de ne pas les mettre dans des petites boîtes qu’ils n’auraient pas choisies, ils ont appris ces stéréotypes. Ma fille était invitée à la fête d’une amie de sa classe et je lui ai demandé ce qu’elle aimerait comme cadeau, elle m’a dit : « Une princesse, parce que c’est une fille! » 

Ma fille, tu n'aimes même pas ça les princesses! À quel point a-t-elle été brainwashée malgré toutes les précautions que j’ai pu prendre?

Fiston a 7 ans. De l’âge de 3 ans jusqu’à il y a quelques semaines, sa couleur favorite était passée de mauve à rouge à cause des moqueries d’enfants de 3 ans à l’époque. À 7 ans, il a décidé d’affirmer haut et fort que même s’il est un gars, il a le droit d’aimer le mauve. Go mon pit’! 

Au début de l’année, au moment de choisir un atelier au service de garde de l’école, il a choisi la création de bijoux. Je l’ai trouvé magnifique, parce qu’il savait qu’il y aurait surtout des filles, et il a décidé de s’en foutre. Malgré tout ça, il m’a déjà dit qu’il avait peur de faire de la danse parce que ses amis allaient rire de lui.

Existe-t-il une solution à tout ça? Mon beau-fils de 15 ans pense qu’on devrait habiller tous les enfants en habit une-pièce blanc jusqu’à 20 ans, sinon on ne s’en sauvera pas. Peut-être qu’on devrait utiliser des pronoms neutres pour parler de nos enfants sans leur dire de quel genre ils sont? Un couple de Suédois l’a bien fait, élever son enfant sans lui révéler son genre.

Je ne crois pas qu’il faut virer fous avec ça, mais je pense sincèrement qu’on doit conscientiser sans arrêt nos enfants à ce sujet. Je ne dirai pas seulement une fois à mes enfants qu’ils peuvent devenir ce qu’ils veulent, peu importe leur genre. Je vais leur répéter sans arrêt. Chaque jour s’il le faut. Leur expliquer qu’il y a 100 ans, le bleu était la couleur des filles (pour la Sainte Vierge) et le rose une variante du rouge, couleur virile et agressive qui représentait bien les garçons. 

J’espère arriver à les soulager du poids que la société leur met sur les épaules. Et j’espère que collectivement, nous arriverons à passer par-dessus de telles aberrations. Que notre travail pour l’égalité aura porté fruit lorsque nos petits-enfants seront parents à leur tour. 

Parlez-vous à vos enfants des stéréotypes liés à leur genre?

Plus de contenu