Depuis la naissance de mon fils, je suis avec lui jour et nuit. D'abord les 12 premiers mois, collés en toutes circonstances. Puis ensuite, le plus souvent possible, entre le travail et la routine familiale que nous nous sommes créée.

Pour la deuxième fois depuis sa naissance, et pour la première fois depuis qu'il est en âge de comprendre, il est allé passer la nuit chez grand-maman. Toutes les nuits des deux dernières années, il était dans la pièce d'à côté. J'étais aux aguets.

J'allais assurément profiter de cette soirée/nuit/matinée avec l'amoureux. J'ai vainement pensé que ce temps à se retrouver allait être différent des autres jours. Erreur.

Je vais dormir comme un bébé, c'est sûr. Mon cerveau a pourtant fait abstraction de son absence et je me suis réveillée en sursaut en entendant pleurer mon fils... lui qui dormait évidemment à poings fermés chez ma mère.

Il est tôt, mais quoi de mieux que de profiter d'un peu de silence pour écrire!
Crédit : Julie Rochon

Je vais faire la grasse matinée demain matin. (Rires en canne) Mon système est programmé pour me lever tôt maintenant! Alors congé de bébé ou pas, à 6 h, j'étais assise devant Salut bonjour avec mon café et mon cahier d'écriture.

Je vais faire l'amour. Heu... pas nécessairement. Si ce n'est pas l'envie qui manque, la journée de fou terminée, je rêve plus aux bras de Morphée qu'à quoi que ce soit d'autre. Savoir d'avance que nous DEVONS batifoler PARCE QUE bébé n'est pas là? Non, merci. Bonjour spontanéité, t'sais.

Je vais en profiter pour relaxer! Relaxer? Quessé ça? La culpabilité embarque quand je ne fais rien, tellement il y a à faire. Alors j'en profite pour faire le maximum sans personne (devinez qui) pour tout défaire après mon passage.

Allez hop, je me gâte, ménage et vino!
Crédit : Julie Rochon

Ça va me faire du bien de décrocher un peu... C'est déjà difficile de ne pas penser à mon enfant quand je suis au boulot ou même avec lui. Essayer de ne pas y penser alors qu'il dort ailleurs est quasi impossible. Même si j'ai l'esprit tranquille parce que je fais 100% confiance à ceux qui le gardent.

Nous allons enfin penser un peu à nous, à notre couple! Malheureusement, cette phrase est bonne pour environ 5 minutes en plein milieu de la soirée. En laissant bébé chez grand-maman, on s'inquiète quand même à savoir si tout va bien se passer (surtout pour la nuit), on s'ennuit et, bien sûr, c'est le sujet principal de conversation lors du souper en amoureux.

Cet enfant n'est pas devenu le centre de notre univers pour rien. Le lendemain, au réveil, on a juste hâte de s'habiller en vitesse pour aller le retrouver au lieu d'en profiter pour siroter tranquillement notre café en écoutant la télé. Même les dessins animés nous manquent... c'est bien pour dire!

Est-ce qu'il arrive que votre enfant aille dormir ailleurs? Comment en profitez-vous lorsque c'est le cas?

Page d'accueil