Il y a un peu plus d'un an, de mon point de vue de nouvelle-future-maman qui n'était pas tellement entourée de mamans allaitantes, je ne concevais pas tellement dans l'allaitement au-delà du congé de maternité. 

Pourtant, j'ai repris le boulot il y a trois semaines et j'allaite toujours mon fils à l'aube de son premier anniversaire. J'avais plusieurs craintes avant de reprendre le travail à savoir si mes absences prolongées quelques jours par semaine allaient briser mon allaitement et si j'allais être engorgée au bord de la mastite toutes les semaines. À vrai dire, tout se passe très bien!

Au début de l'allaitement, le lait est produit de façon hormonale. C'est grâce aux précieuses prolactines et ocytocines, entre autres. Ces hormones produisent du lait qui lui, est stocké dans le sein de la mère en attendant la prochaine tétée. Au fil des mois, les taux de ces hormones baissent dans le corps de la mère et ce sont les glandes mammaires elles-mêmes qui prennent le relais de la production. Les glandes produisent automatiquement lors de la tétée, mais ne stockent plus vraiment de lait dans le sein en attendant la prochaine tétée. Ce changement de production, endocrine vers la production autocrine, se produit généralement vers 6-7 mois pour un premier allaitement.

Il n'est pas rare que les mères croient à une baisse de production, car les seins deviennent plus mous et que bébé doit téter un peu et exercer sa patiente avant d'avoir du lait. C'est un phénomène tout à fait normal qui marque le début de la production du lait véritablement en fonction de la demande de bébé. C'est aussi ce qui nous permet à nous, mamans, de poursuivre l'allaitement même en ayant repris le boulot.

Traduction libre: Pourquoi allaiter un bambin: Parce que de 12-23 mois, 448 ml de lait maternel fournit 29% des besoins énergétiques, 43% de ses besoins en protéines, 36% de ses besoins en calcium, 75% de ses besoins en vitamines A, 76% de ses besoins en acide folique, 94% de vitamine B12 et 60% de ses besoins en vitamine C
Crédit : maternal hippie circle

 

Selon L'OMS et Santé Canada : « L'allaitement maternel est le mode d'alimentation normal et inégalé chez le nourrisson. Santé Canada fait la promotion de l'allaitement exclusif jusqu'à l'âge de six mois et en combinaison, jusqu'à l'âge de deux ans ou plus longtemps, avec une alimentation complémentaire adéquate, pour favoriser la nutrition, la protection immunitaire, la croissance et le développement des nourrissons et jeunes enfants. »

Poursuivre l'allaitement au-delà d'un an constitue encore un apport énergétique et nutritionnel important pour un jeune enfant. Si l'enfant fréquente une garderie, il bénéficiera davantage des qualités immunitaires du lait maternel qui lui fournira une foule d'anticorps pour lutter contre les virus auxquels il est exposé. 

Nous l'entendons moins souvent, mais la maman qui poursuit l'allaitement bénéficie également de bienfaits sur sa santé. Elle diminue de façon significative les risques de cancer du sein et des ovaires en plus de se protéger contre l'ostéoporose. Bref, tant que le noyau familial est à l'aise à poursuivre l'allaitement, tout le monde y gagne! 

Si vous désirez poursuivre l'allaitement au-delà de votre congé de maternité et que vous avez des inquiétudes face à votre production, n'hésitez pas à consulter un organisme en allaitement de votre région.

Comment s'est passé votre retour au travail tout en poursuivant l'allaitement? 

N.D.E. : Comme toujours, nous vous rappelons que le but des nos articles sur l'allaitement n'est pas de vous faire sentir mal si vous avez choisi de ne pas allaiter, mais bien d'informer sur différents aspects de l'allaitement. Le cas échéant, les bénéfices de l'allaitement pour les bébés plus vieux. Pour des articles sur la préparation pour nourrisson, sur le biberon et sur le choix d'allaiter ou pas (réponse : les deux sont corrects!) c'est ICI, ICI, ICIICI et ICI (y'en a encore plus si vous tappez biberon ou allaitement dans notre moteur de recherche!)

Page d'accueil