J’ai abdiqué. Mon réfrigérateur, mon lave-vaisselle et mon four seront couverts de traces de doigts et de sûrement quelques filets de bave. J’aurais dû écouter ma belle-mère et prendre ça blanc. Quand même pas pour passer ma vie avec la bouteille de Windex dans les mains. J’ai abandonné.

Abandonné aussi l’idée que mon salon ne ressemblerait pas à une garderie. You bet! J’essaie de me faire croire que je vis dans une maison Pinterest à partir de 20 h. 

Reléguée aux oubliettes la paix des toilettes. Ma fille, je l’ai toujours dans les shorts, même quand ils sont par terre. 

Ok, je magasine plus que jamais. De taille 12-18 mois, oui. Tout est tellement plus beau. Le fait que la couleur moutarde soit très tendance est notre allié. Le débordement ne se fait pas voir. Il se fait sentir, mais n’attire pas le regard.

Le lait écrémé n’a plus sa place dans le fridge. Le 3,25 % y fait tellement son frais. Il règne en roi et maître. 

Disparu l’empreinte de mes fesses sur le divan, pu le temps de m’y évacher. 

J’ai de la corne partout sous les pieds maintenant, pas que les orteils. Ils ne sont pas bêtes et se sont fait une carapace pour toutes les maudites fois où je pile sur un christie bloc de bois.

Finito le temps où je sautais sur un trampo'. Je risque d’y perdre ma dignité en étant tout trempée. Oui, je parle bien de me faire pipi dessus. 

Rangée ma petite bourse qui ne contenait que cellulaire, rouge à lèvres et carte de crédit. Je viens avec quasiment une poche de hockey qui contient kits de rechange, lingettes humides, un p’tit snack, des couches, un peu de jouets...

Je ne sais plus ce que veut dire avoir la paix d’esprit.

Mon cerveau marche en continu. Pour penser aux repas, à l’organisation des matins pour ne pas que j’arrive en retard au travail et aux bottes d’hiver qui ne feront plus avant la fin de la saison. Ma tête spinne même la nuit pour ne pas oublier de mettre des « barrures » sur les armoires, mettre en hauteur les choses qui cassent et pour finalement lui donner les gouttes de Vitamine D que j’oublie depuis le jour 1.

Mais le pire, c’est mon esprit qui ne connaît plus la tranquilité et que je dois contrôler. Bannir les pires histoires que l’on voit à la télé. Ne pas trop m’inquiéter quand elle est en voiture avec quelqu’un d’autre. Me dire que tout ira bien, même si je ne suis pas là. Imaginer qu’elle aura des bons amis et un copain qui prendra soin d'elle. Croire qu’elle sera une petite fille en santé pour toujours.  

Contrôler mon esprit oui, parce que sinon, c’est pas mêlant, je nous ferais un bunker dans le sous-sol et on mangerait du cannage pour toujours. 

Faut laisser aller, abandonner, mais surtout, s’adapter. By the way, je n’ai jamais été aussi heureuse. C’est ben pour dire. #FuckofflaviePinterest.

Vous avez mis une croix sur quoi depuis que vous êtes mère?

Page d'accueil