Une bonne fois, quand j'avais 8 ou 9 ans, j'étais allée faire du pédalo avec une amie de la famille. Elle s'appelle Carmelle. J'étais en p'tit bikini cute de gamine et j'avais donc la bedaine à l'air. Carmelle m'a alors dit : « Mais Valérie, tu devrais te rentrer le ventre, c'est bon pour toi et tes abdominaux. » C'était la première fois que je regardais mon corps avec jugement. Pis encore aujourd'hui, devant le miroir, avant de partir pour l'école ou le boulot, je prends une grande respiration et je me rentre tout ça par en dedans, un peu.

Carmelle ne sait pas ce qu'elle a déclenché ce jour-là sur le lac Maskinongé. Mais moi, à partir de ce moment, je me suis mise à me comparer à l'école, à envier les fillettes qui avaient le ventre plat. Je me suis trouvée grosse et j'ai fait mon premier régime en sixième année. C'est ainsi que la roue a commencé à tourner : privation, amaigrissement, compulsion, reprise de poids. J'ai passé par tous les poids et mon corps en a subi les conséquences.

Ça fait que je suis molle, imaginez-vous donc. Un moment donné toé chose, la peau perd de son élasticité pis tes petites fesses galbées perdent de leur rondeur, tes seins ne remontent plus la pente et tout ton corps est enrobé d'une pelure d'orange. On m'a souvent dit qu'être enceinte, accoucher et allaiter ça maganait un body. Moi, rendue là, je me dis qu'un peu plus ou un peu moins, ça ne paraîtra même pas, j'suis capable d'en prendre!

Bon, évidemment, j'exagère et j'applique sur moi-même l'autodérision, parce que j'ai toujours aimé mieux rire que pleurer (même si parfois j'ai vraiment un besoin physique de brailler ma vie). Mais, ce que je veux dire, c'est que j'en ai entendu des vertes et des pas mûres en ce qui concerne le corps et la maternité. Les « matantes » y vont de leurs précieux conseils de p'tite crème et d'huile d'émeu pour éviter les vergetures pis on se fait bombarder d'images sur les médias sociaux où on capote sur le cas de Kim Kardashian.

T'sais un moment donné, est-ce que nous pouvons juste penser à notre future grossesse sans envisager la prise de poids comme une catastrophe nucléaire? Est-ce que nous pouvons donner naissance sans avoir en arrière pensée les exercices d'aérobie qui faudra faire pour retrouver notre tightness? Je ne suis même pas encore enceinte, et je pense déjà à tout ça.

Parce que quand je suis en ligne à l'épicerie, je regarde dans le Star Système toutes ces mères-vedettes d'Hollywood scrutées à la loupe. Parce qu'un jour Carmelle m'a dit de me rentrer le ventre. Parce qu'en tant que femme faut fitter dans un standard de beauté préétabli, et ce même si on doit porter la vie en nous, même si un bébé sort de notre vagin. C'est absurde.

Sur ce, je m'en vais manger une poutine (végane)!

Page d'accueil