Il y a quelques mois, mon collègue JP nous montrait un petit escalier génial, adapté à son fils, qui avait été confectionné par un membre de sa famille. Ma réaction initiale a été d’en vouloir un, et tout de suite. Shut up and take my money!, qu’ils disent.
 
Après quelques minutes sur Google, j’ai rapidement compris que l’objet de ma convoitise s’appelait une learning tower, ou une tour d’apprentissage. Très populaire dans la philosophie d’éducation Montessori, elle permet de favoriser l’autonomie des tout-petits.

J’y voyais un peu un deux dans un : comme ma fille est très curieuse, elle demande souvent à être « dans les bras ». Et comme j’ai souvent besoin de mes deux mains pour faire la cuisine, ce n’est pas toujours très pratique. J’ai maintenant les mains libres et mini peut participer : win! Les tours d’apprentissage aident aussi à la stimulation de la motricité et l’intégration à la famille, ce qui favorise l’estime de soi.


Crédit : Marianne Phénix

 
Évidemment, les tours d’apprentissage se vendent déjà toutes faites, mais se détaillent pour la coquette somme d’environ 200 $. N’ayez crainte, des tutoriels pour fabriquer ces petites merveilles abondent sur les blogues et sur Pinterest. Le plus simple d’entre eux est probablement un bon vieux IKEA hack avec un escabeau Bekväm :


Crédit : capture d’écran/Marianne Phénix

 
De notre côté, mon mari avait comme ambition de faire la petite tour from scratch. Il a commencé par se faire un plan. Un petit voyage à la quincaillerie plus tard, il avait acheté une marche d’escalier et des morceaux de bois pour faire la structure verticale. Il a teint les marches et peint les montants afin que le résultat final s’agence bien avec la cuisine.
 
Depuis, on s’en sert tous les jours. Que ce soit pour se laver les mains au retour de la garderie ou pour intégrer Béatrice dans nos activités de routine. J’essaie personnellement de lui donner des petites tâches lorsqu’on cuisine, comme de transférer les aliments coupés dans un bol. Ça la tient occupée et ça évite qu’elle s’empare d’un couteau ou qu’elle touche à une poêle chaude. Bien entendu, on la garde toujours à bonne distance du four et sous une surveillance étroite lorsqu’il y a cuisson d’aliments.
 
Avez-vous un truc pour intégrer vos enfants dans vos activités quotidiennes?

Plus de contenu