Lorsqu’on apprend que l’on est papa 14 ans plus tard, ça implique beaucoup de nouveautés et de changements en peu de temps. Une facette que je ne connaissais pas auparavant et qui demande une bonne dose d’adaptation est la relation parentale. Comment faire pour établir cette relation, dans le sens d’avoir des échanges orientés en fonction d'un enfant, dans un contexte où une longue période de temps nous a tenu à l’écart de toute communication entre parents?

 

Crédit : Giphy

Pour ma part, il y a deux aspects qui entrent en ligne de compte. Le premier est un sentiment de non légitimité face à mon nouveau rôle de père. J’entends par là que toutes ces années où je n’ai pas été présent dans la vie de ma fille font en sorte que je me sens imposteur quand vient le temps de dire ce que je pense d’une situation la concernant. Qui suis-je pour lui dire, dire à sa mère ou dire à sa famille, que telle ou telle chose ne me plaît pas et que ce n’est pas ce que je souhaite lui transmettre comme valeurs? Le simple fait de penser lui transmettre mes valeurs et d’échanger avec elle sur nos visions du monde me donne un petit vertige. Ce sentiment est aussi amplifié par l'impression que toutes ces années manquées auraient contribué à renforcir, autant chez moi que chez ma fille et sa mère, cette image de père de façon plus progressive.

L’autre aspect est que les ponts que j’avais coupés avec sa mère, l’ex, ne sont pas le résultat d’une décision irréfléchie. J’ai voulu, à une époque où l’existence de ma fille m’était encore inconnue, effacer cette relation de ma tête. Bien que l’on puisse s’entendre sur le fait que c’est impossible, j’avais tout de même réussi à la sortir de ma vie. Savoir 14 ans pus tard que sa fille est aussi la mienne m’a ramené au point de rupture. Pas celui où l’on se demande si l’on continue dans une relation de couple avec une personne ou non, mais bel et bien celui où l’on se questionne sur le lien que l'on souhaite garder. Décidément, sur cette question, mon choix passé ne tient plus.
 

Crédit : Giphy

Pourtant, dans ce nouvel état de fait, je souhaite établir une relation parentale la plus saine possible. Le motif est fort simple; j’ai un enfant avec l’ex et cette adolescente n’a pas à subir les contre-coups de notre niveau d’attachement respectif. #AdultMuch C’est dans un objectif clair de créer une situation agréable pour ma fille, en premier lieu, ainsi que pour notre entourage (parce que des chicanes de parents séparés, disons-le, ça gosse), que je désire avoir des contacts positifs avec sa mère. C’est peut-être difficile à concevoir pour certain-e-s ou allant de soi pour d’autres, mais je suis forcé d’admettre qu’avoir eu un enfant avec l’ex change mon champ des possibles relationnels.

Nous en sommes donc rendu là, après un peu plus d’une année de recomposition familiale : une relation en co-construction qui ne fait pas toujours le bonheur des personnes qui s’y trouvent incluses, de près ou moins près. C’est tout de même en gardant en tête le bien-être de ma fille que j’avance dans ce que l’on pourrait appeler une famille moderne. Puis si ce n’était pas de ma copine, qui m’aide à prendre une certaine distance face à la situation, je crois qu’il me serait beaucoup plus difficile de garder le cap.

Est-ce que vous avez mis beaucoup de temps à trouver un terrain d’entente entre votre ex et vous une fois parents?

Page d'accueil