Ce qui est le fun quand tu prévois faire un enfant, c'est que tu peux décider du mois de sa naissance, ou à peu près. Ou te convaincre que tu le peux. Pis moi, je suis convaincue que venir au monde en décembre ou en janvier, c'est la meilleure façon de faire passer un anniversaire dans le beurre. C'est trop près de la fête du petit Jésus et de la nouvelle année. Et pour démontrer scientifiquement ma proposition, je vous présente quelques témoignages que j'ai laborieusement recueillis :

Une collègue d'université me dit que « fêter son anniversaire le 27 décembre, c'est un peu comme te faire rappeler chaque année que ta naissance n'a rien de singulier. C'est aussi associer les décorations de Noël à la solitude qu'amène la période des fêtes, parce qu'évidemment, tous tes ami-e-s sont parti-e-s à l'extérieur de la ville pendant que toi, tu travailles. Tout le monde est heureux et festif, mais c'est déprimant passer inaperçu tous les ans ».

L'amoureuse d'un collaborateur TPL Moms, elle, affirme ceci : « Depuis que je suis jeune, j'ai droit à un seul cadeau, souvent directement à ma fête et rien à Noël (ça permet de plus gros cadeaux, et en même temps, ça sauve des sous à la famille). [...] En vieillissant, j'aurais aimé une surprise OU une grosse fête pour mon anniversaire, mais avec l'école, les examens, les dépenses, les voyages à l'extérieur de la ville pour les fêtes, la plupart des amis ne peuvent pas, annulent ou bien me laissaient tomber à la dernière minute, genre ''j'ai un examen demain, je ne suis pas prête, désolée". Rien de trop grave, mais à la longue, j'ai fini par vouloir fêter ma fête en juin moi aussi, au soleil, sur une terrasse, à la piscine, bref quelque chose où tout le monde peut être réuni [...] »

La mère d'une collaboratrice, elle, est née à Noël (dans la nuit du 24 au 25). Voici ce que sa fille me confie à ce sujet : « Même si ma mère est passée depuis longtemps à autre chose, je sais que ça la gosse encore quand, lorsque nous sommes réunis toute la parenté pour les fêtes, il y a quelqu'un qui lui lance : "haa ben oui, c'est vrai, c'est ta fête aujourd'hui". Sans plus, sans rien. On se fait toujours un devoir de lui faire un brunch de fête qui n'a rien à voir avec Noël même si c'est le matin du 25, juste parce que sinon, elle n'aurait rien. La frénésie des 24 et 25 au soir fait en sorte que ça passe réellement dans du beurre. Et pas besoin de vous dire que très peu de personnes appellent cette journée pour lui souhaiter joyeux anniversaire. »

Puis, un ami avoue la chose suivante : « Étant né le 9 décembre, je n'avais pas trop de problème lorsque j'étais enfant, à moins de grosse tempête de neige le jour de ma fête. PAR CONTRE quand j'ai commencé le cégep et l'université, c'était la fin de session, donc je ne pensais plus à ma fête. Il y avait trop de travaux, d'exams et alors zéro party. Maintenant, le seul hic, c'est la difficulté de pouvoir mobiliser des gens pour célébrer. Pour ce faire, j'ai l'obligation de m'organiser avec d'autres ami-e-s né-e-s en décembre. Encore là, même à trois fêté-e-s, il n'y a pas un chat. »

Je crois que les preuves sont suffisantes. Il est donc de mon devoir, en tant que futur parent, de vouloir le mieux pour mon futur enfant. Une fête à partir du mois de février et jusqu'en novembre, c'est le best! Et si c'est en été, c'est encore mieux, non?  
 
Blague à part, avez-vous planifié le mois d'arrivée de bébé?  

Page d'accueil