Nous habitons à Montréal depuis deux ans maintenant. Je ne sais pas si nous nous sommes adaptés à la vie urbaine. Nous aimons bien le café des chats, le Chu Chaï et le Pouzza Fest, mais est-ce que nous nous sommes appropriés la ville pour autant? Je ne sais pas. Le trafic nous rend fous, le smog nous encrasse les poumons et la misère humaine nous fend le cœur en quatre. Est-ce que les avantages l'emportent sur les inconvénients? C'est une réflexion que nous avons souvent, l'amoureux et moi.

Nous arrivons de Chicoutimi où nous sommes restés une petite année. Si vous n'êtes jamais allés dans ce coin-là, ça vaut le détour, vraiment. Nous étions tombés en amour avec la petite municipalité de Sainte-Rose-du-Nord, la perle du fjord. Un petit village encastré au cœur de la montagne, encerclé par le fjord du Saguenay, où les vaches et les moutons marchent librement dans les prés. C'est facile d'imaginer son enfant courir les fesses à l'air dans le foin! Mais, le seul problème pour nous, c'est que c'est loin, trop loin des amis et de la famille.  

Mon p'tit chum est originaire de la Rive-Nord et moi de la campagne. Donc, quand nous voulions allez visiter notre monde, il fallait faire minimum quatre ou cinq heures de route. Pour nous, surtout pour moi, c'était un problème. Avec l'idée de faire un bébé, je ne pouvais pas m'imaginer vivre cette expérience loin des miens. Je suis de même, une vraie petite fille à sa maman!

 Aujourd'hui, nous sommes à une heure et demie de Saint-Gabriel-de-Brandon et à une trentaine de minutes de Blainville. La famille est proche, mais nous ne sommes pas encore totalement satisfaits. Il manque un peu de vert, de grandes étendues et de bon air par ici. Pas qu'il n'y ait rien d'attrayant, t'sais, nous aimerions vraiment ça jouer au hockey bottine avec la progéniture dans la ruelle! Nous ne sommes juste pas convaincus.

En fait, nous sommes bien conscients qu'il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, qu'il n'y a pas vraiment d'endroits meilleurs que d'autres, que notre cocon sera notre foyer, peu importe où nous nous trouvons sur la mappe. Notre cœur balance peut-être un peu plus vers les «bois jolis» de la campagne, mais nous voulons tout de même tenter le coup en ville. Nous pensons donc passer les premières années en ville, dans notre appartement de notre beau Verdun tranquille et s'acheter une vieille maison dans le bois dans plus ou moins cinq ans. En attendant, nous continuons d'être heureux et de rêver! Puis, qui sait, d'ici là, peut-être que nos plans auront totalement changés!

Habitez-vous en ville ou en campagne? Pourquoi? Était-ce le plan prévu?

Page d'accueil