J’ai connu mon amoureux alors que j’étais à la fin de l’adolescence. Cette période durant laquelle on se cherche. Là où, physiquement on n’est pas toujours à notre meilleur. Je le  trouvais  beau, mais il ne faisait pas partie de la gang de ceux qui pognent fort à la polyvalente.

Ça a cliqué tout de suite puis on ne s’est plus quitté.

À  travers les années on a cheminé ensemble et le jeune adulte que j’ai connu est devenu la version 2.0 de lui-même! Version améliorée sur tous les plans.

Mon mari est un homme rempli de belles qualités. Il est drôle, intelligent, doux, attentionné, patient, passionné, amoureux, il cuisine bien, est un mari et un papa présent, il prend soin de lui et de nous… Et je pourrais continuer durant une éternité.

Je lui ai dit : « OUI, je le veux, pour le meilleur et pour le pire » depuis près d’une décennie déjà, c’pas pour rien quand même, lol.

Mais ce qui ressort de la bouche des autres est la plupart du temps toujours : My god qu’il est beau.
Eh oui, de ce côté-là aussi il s’est amélioré. Le jeune homme frêle que j’ai connu est devenu un homme, un vrai avec tout ce que ça implique comme changement et je dois avouer que je le trouve  franchement désirable mon homme. Mais… parce qu’il y a un mais.

Peut-être que c’est l’ensemble de l’œuvre qui finit par me gosser, mais j’ai parfois l’impression, à force de l’entendre, que dans les yeux des autres, je ne suis pas à la hauteur de cette beauté. Que je suis la fille chanceuse qu’un bel homme comme lui l’aie choisie. Qu’au fond, les gens ne comprennent pas ce qu’il fait avec une fille comme moi. Bon, je ne suis pas un pichou là, mais je ne représente pas ce que l’on pourrait nommer un pétard.

Je n’ai jamais été jalouse des autres femmes, probablement parce qu’il a su me démontrer toute la confiance que je pouvais lui porter. Car une autre des qualités qu’il possède est qu’il n’est tellement pas conscient de tout ce qu’il dégage, de l’impact qu’il a sur les autres femmes, et que de toute façon, je suis celle qu’il aime.

Mais dernièrement, je me suis mise à avoir peur. Avoir peur qu’il ne perde de l’intérêt pour moi, que l’envie de connaître autre chose l’éloigne de moi. Que le fait de se faire répéter sans cesse tant il est beau l’amène à avoir envie d’aller voir ce que cela pourrait lui offrir… ailleurs qu’auprès de moi.

Quand je m’y attarde réellement, je vois bien que je n’ai aucun signe qui peut m’amener à me laisser envahir par cette peur. Que son comportement n’a pas changé et qu’il me démontre encore plus d’amour qu’auparavant. Ce que je sais par-dessus tout, c’est que malgré tout ce qui est beau de lui physiquement, personne ne peut percevoir toute l’ampleur de sa beauté comme seule moi la vois à travers mes yeux.

Plus de contenu