La vie change. On évolue. Notre situation de vie est en progression constante. J’ai aussi changé. Il y a quelques années, avant que je sois en couple et que je fonde ma famille, j’étais presque toujours avec ma meilleure amie de l’époque. De l’époque, parce que nous nous sommes éloignées depuis.
Elle m’avait demandé de devenir la marraine de sa fille. Titre que j’ai accepté avec le plus grand bonheur et quelques larmes aux yeux.

Toutefois, elle m’avait demandé une chose bien précise. Que si  jamais nous nous éloignions l’une de l’autre, de toujours continuer à être présente dans la vie de sa fille. Sur le coup, je ne voyais pas comment nous pourrions ne plus nous côtoyer puisque nous étions ensemble environ quatre jours sur sept. Donc, j’ai accepté sa demande en pensant pouvoir honorer ma promesse sans difficulté.

De fil en aiguille, j’ai rencontré mon conjoint et nos vies se sont tranquillement transformées. J’ai cessé de sortir dans les bars et elle aussi. J’ai terminé mes études et je me suis un peu plus rangée dans ma vie de couple. Par choix. Parce que c’est là où la vie me menait. Plus ça allait, et plus je commençais à noter des comportements et des valeurs qui me dérangeaient chez mon amie. Je la jugeais pas mal dans ma tête. Je réalisais que nous étions très différentes. Peut-être trop différentes pour entretenir notre lien d’amitié pourtant si fort au départ.

Le jour du baptême, elle est arrivée très en retard à la cérémonie. J’ai failli partir, mais en regardant sa fille, je me suis dit que je ne pouvais pas l’abandonner comme ça. J’ignorais que je m’engageais sur du temps emprunté.


Crédit : pychateauvert/Pixabay

J’ai été présente les premières années. Au fil du temps, notre relation est devenue à sens unique. J’ai beaucoup de mal à accepter de mettre tous les efforts alors que l’autre personne s’assied sur ses lauriers. Tu rames avec moi ou on coule. On a coulé.

Après plusieurs mois de réflexion et étant devenue mère à mon tour, j’ai compris que nos valeurs maternelles étaient contradictoires et que je ne voulais plus faire partie de cette amitié que j’alimentais seule. J’ai choisi de sortir de leur vie. Ma filleule se cachait toujours derrière sa mère quand j’allais la voir tellement elle était timide. Elle ne me connaissait pas assez pour que je puisse aller la chercher afin qu’on passe du temps toutes les deux.

Ça m’a fait mal de l’abandonner, de rompre ma promesse et de ne pas respecter mon engagement de marraine. Puis, je me suis rendu compte que je n’ai pas de parrain et je n’en ai jamais souffert. Elle serait donc fort probablement correcte sans ma présence.

Je pense souvent à elles. Elles me manquent toutes les deux. Parfois, j’espère que la vie nous remettra sur le même chemin. On ne sait jamais.

Avez-vous vécu une situation semblable en étant marraine ou avec celle que vous avez choisie?
 
 

Plus de contenu