Quand la mort frappe trop tôt

Crédit photo: Creative Commons/Pixabay Quand la mort frappe trop tôt

Marie-Pier Gagné. Son nom restera à jamais gravé dans la mémoire collective.

Cette magnifique future maman happée de plein fouet en se rendant à l’un de ses derniers rendez-vous de grossesse. Fauchée à l’aube du plus beau jour de sa vie. Cette maman qui aurait pu être vous. Qui aurait pu être moi. L’image de son doux visage habite mes pensées depuis hier.

Je ne la connais pas. Je n’ai en commun avec elle que le fait d’être devenue maman à 27 ans, venir de Québec,  être une ancienne infirmière du CHUL et d’avoir donc traversé cette intersection des centaines de fois. J’ai pourtant la gorge et l’estomac noués par l’émotion.

Je pense à son amoureux. À ce drame qui s’est joué sous ses yeux. Jamais de mots assez puissants ne pourront décrire ce qu’il a vécu. Ce nouveau papa qui tient la vie de son poupon entre ses mains en pleurant son amoureuse disparue.

Je pense à sa « poulette ».  Au choc subi lors de l’impact. À son arrivée dans ce monde dans les circonstances les plus tragiques qui soient. À cette maman extraordinaire qu’elle ne connaîtra que par les récits qui lui seront racontés. À sa maman qui aura donné sa vie pour la sienne. À sa maman qui lui manquera à jamais.

Je pense à ses parents. À la peine incommensurable qu’ils doivent vivre. À la douleur abyssale de survivre à son enfant. À leur rôle de grands-parents qui, assurément, prendra un tout autre sens.

Je pense à tous ceux qui l’aimaient et qui vivent un état de choc profond depuis hier. Qui gardent les yeux ouverts d’incrédulité face à ce cauchemar sans fin.

Je pense au conducteur. À ce fardeau que ses jeunes épaules porteront à jamais.

Cette histoire, cette tragédie, c’est la mort dans tout ce qu’elle a de plus violent, de plus tragique, de plus absurde. Celle qui creuse l’angoisse au creux de nos entrailles. Et si c’était moi? Quand une fraction de seconde suffit à  changer le destin d’une famille à jamais. Quand la mort vous attend dans le détour, qu’elle frappe sans avertir, sans même laisser la chance de prononcer un ultime au revoir.

Même si mes mots ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan de leur chagrin, je tiens à offrir, en mon nom et en celui de tous les collaborateurs TPL Moms profondément affectés par l’histoire de Marie-Pier, nos plus sincères sympathies.

Nos pensées les plus douces accompagnent sa famille et ses amis durement éprouvés.

Si comme nous, vous souhaitez soutenir son conjoint et sa petite fille, une campagne de sociofinancement s’est rapidement mise sur pied ainsi qu'un groupe Facebook. Vous pouvez faire un don en argent en cliquant ICI.

Vos messages de sympathies et de soutien sont également les bienvenus.

S’il-vous plaît, courrez embrasser vos enfants et vos proches et réalisez la chance que vous avez de pouvoir en profiter ici et maintenant.

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES