Parmi mes nombreux devoirs de parent, je considère celui de permettre à mes enfants de poursuivre leurs études comme étant pas mal dans le Top 5. Étant moi-même une éternelle étudiante, j’aimerais qu’ils puissent poursuivre leur quête d’apprentissage sans se soucier du côté financier de la chose.

Nous avions donc coché la case REEE (Régime enregistré d'épargne-études) de la to-do list pour le Grand depuis longtemps. Autre histoire pour le pauvre Petit, puisque ses parents bien occupés ont le don de procrastiner un brin.

Mais, pour une fois, remettre à demain a eu du positif puisque je suis tombée sur cet article, analysant les REEE collectifs. Du coup, remise en question et réflexion. Et comme le timing fait parfois bien les choses, j’ai pu assister à un déjeuner-causerie avec Angela Iermeri, de Desjardins, et je vous présente ici quelques trucs intéressants que j’ai appris.
 

Crédit : Cynthia Chartier

Avec 2 500 $ par année en cotisation, la Subvention canadienne et l’Incitatif québécois sont maximisés. Un pas pire montant, je l’accorde, mais je pense prendre le truc d’utiliser en partie les prestations fiscales pour enfants, ça donne moins l’impression d’un gros montant qui sort direct de mes poches!

Pour les familles à faible revenu, le simple fait d’ouvrir un REEE donne droit à un bon d’études du gouvernement, sans même avoir à cotiser!

Avec un REEE individuel ou familial, le capital investi appartient, en tout temps, au souscripteur (parents, grands-parents, parrain/marraine…), ce qui veut dire qu’au moment fatidique des études, il est aussi possible d’utiliser seulement les subventions reçues par le gouvernement et les revenus de placement pour votre enfant et utiliser le capital à votre guise.

L’enfant (qui n’en est plus un, rendu à cette étape!) décide de ne pas faire d’études? Le capital demeure au souscripteur et peut être transféré, par exemple dans un REER. Inutile aussi d’être trop pressé, les montants dans un REEE peuvent être utilisés jusqu’à 35 ans après la mise en place du régime. De quoi lui laisser le temps d’aller explorer le monde avant de se décider!

Pourquoi ne pas suggérer à la famille de penser au REEE lorsque vient le temps des cadeaux? Je sais que la salle de jeux chez moi n’a pas besoin d’être plus encombrée! Et les t-shirts un peu tachés sont encore ben corrects pour la peinture à doigts du CPE!

Dans certains cas, selon les revenus et les situations familiales, il peut être plus avantageux d’investir dans les REEE que dans un REER ou un CELI.

Je ne prétends vraiment pas être spécialiste de la question, mais je suis vraiment contente d’avoir pu éclaircir un peu ce brouillard entourant les REEE. Rencontrer un conseiller financier pour passer à l’action fait très certainement partie de ma to-do list

Page d'accueil