La Cinémathèque à la rescousse des mères cinéphiles

Crédit photo: The children in the House (cinema 1916) / "The Children in the House (cinema 1916)" New York Public Library Digital Collections. Accessed January 11, 2017. La Cinémathèque à la rescousse des mères cinéphiles

Je ne sais pas si c'est votre cas, mais moi, je suis un peu contrôlante quand il s’agit d’installer mes filles devant un écran, quel qu’il soit. OK... je suis peut-être un peu contrôlante tout court, mais spécialement quant à ce que mes enfants écoutent. Chaque écran a son utilité : la télé sert à jouer des DVD (minutieusement choisis) pendant la préparation du souper (ou une fin de souper avec de la visite) ; la tablette sert aux salles d’attente de médecin (c’est rare et donc elles y sont trrrrèèès sages) ; et le cinéma? Elles n’y sont encore jamais allées, à 3 ans et demi et presque 2 ans, même si elles ont vu quelques films.

Est-ce que je compte remédier à cette impardonnable négligence? Non… et oui.
Non : parce que je n’aime pas beaucoup l'offre des grands cinémas. Tous les films pour enfants des grands studios semblent s’accompagner de marchandises « made in China » dont le marketing omniprésent me dérange. Mes enfants ne connaissent pas Frozen ni la nouvelle petite héroïne hawaïenne et j’aime bien cet état de fait. 

Oui : parce que je ne veux pas non plus les enfermer sous une cloche de verre… Et grâce à la Cinémathèque québécoise, je compte bien me reprendre bientôt aux « Projections famille ». En plus de proposer une liste impressionnante de classiques (à voir ou à revoir), ils les offrent sur écran géant à 14 h 30 tous les dimanches de l’hiver. La programmation complète est ici pour vous assurer des âges car un Charlie Chaplin n’a peut-être pas le même public cible que Ernest et Célestine (quoique…). Les projections ont commencé dimanche 15 janvier avec l'incomparable Guerre des Tuques (mais mes filles sont trop jeunes et mon ado le connaît par cœur : mission accomplie).
 
J’aime bien qu’elles écoutent d’abord les vieux classiques et les films de qualité avant d’être exposées aux films des grands studios hollywoodiens. Pour donner quelques idées, voici où on est rendus à la maison.

Crédit : The New York Public Library. "The Children in the House (cinema 1916)" The New York Public Library Digital Collections.

Elles ont vu :

  • Le documentaire Babies, produit par Alain Chabat (elles adorent).
  • Les films de Michel Ocelot (le papa de Gédéon-le-canard), Kirikou, Azur et Asmar ainsi que Princes et Princesses
  • Fantasia et Fantasia 2000 : un charme à mes oreilles pendant qu’elles écoutent en boucle certaines pièces comme La Symphonie Pastorale de Beethoven ou Pomp and Circumstance d’Elgar
  • La Belle au Bois Dormant
  • Charlie Brown de Noël
  • Et c'est pas mal tout!

Et elles verront au fur et à mesure les nouveaux films de Walt Disney et Dreamworks, mais selon un ordre chronologique qui leur permet d’apprécier le rythme plus lent et les chansons interminables de Blanche-Neige, Bambi, Dumbo ou de Peter Pan avant de céder à la frénésie de Némo ou aux rythmes pop de Madagascar.

J’ai beau fouiller pour trouver un guide de visionnement pour tout-petits, la tâche est ardue et sans repères précis… Voilà donc d'autres sources :

  • L’ONF propose aussi de bonnes suggestions avec son volet OH OH ONF (jusqu'au 31 janvier) et quand on navigue sur le site, on trouve des perles
  • Télé-Québec offre un bel horaire de cinéma tout public et de télévision jeunesse 
  • Et tou.tv/jeunesse regorge de séries pour enfants (selon vos valeurs et vos choix éducatifs évidemment). 

Je suis peut-être déconnectée ou carrément passéiste... sinon nerd parce que j'ai étudié en cinéma, mais chez nous, c'est oui aux Charlie Brown et Fantasia, mais sans jamais juger les amateurs de Pat Patrouille et des Lapins Crétins, car ça… c’est tellement perso!

 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES