Avant de débuter vos occupations de la journée, vous décidez de consulter les médias sociaux et votre groupe de mamans préféré. Vous souhaitez connaître les discussions qui ont eu lieu depuis la soirée dernière. Et bang! Elle a encore sévi!
 
La personne qui fait bouillir votre sang à chaque lecture de ses commentaires a une fois de plus mis le drame sur votre communauté chérie. Mais quel est son problème?

Exaspération!
Crédit : Giphy

 
N'oublions pas que nous sommes toujours le troll de quelqu'un. Alors, pour rire un peu d'elles et donc de nous, et parce que nous ne pouvons pas nous entendre (ou cliquer tudumtsi) avec tout le monde, voici certaines personnalités présentes sur les espaces d'échanges virtuels de mamans qui font souvent réagir. 

Je les ai volontairement mises devant une lentille grossissante pour pouvoir réfléchir à nos comportements sur les groupes de mères. Nous pouvons toutes nous retrouver dans ces types de mamans, mais le Web nous fait parfois rencontrer des caricatures assez étonnantes!
 
La résidente
Elle vit carrément sur la communauté. Sa page personnelle sert à partager des concours et le groupe secret est le lieu pour documenter sa vie, chaque seconde : « Hey! J'ai mis deux sucres dans mon café #Wild Bon matin là! Bébé dort! La vaisselle bouh! #SelfieDeBabouneSurLeBordDuComptoir ».
 
La communauté, c'est un peu son journal intime. Son enfant, son ou sa partenaire, ses goûts, son chien, sa mère ou son atroce belle-mère, sa sexualité, aucun aspect de sa vie n’est passé sous silence. Son impudeur est sans limites (TMI : too much information) bien que sans malice. De nature joviale, les autres membres lui excusent ses partages à outrance. 

Mais si une mère ose lancer un léger débat et troubler la quiétude de son sanctuaire virtuel, elle se transforme en Uruk-hai.
 

Cet Uruk-hai.
Pas de chicane dans ma cabane! #Amour #Cœur #ÉmoticoneSouriant
Crédit : Giphy

 
La « Je veux pas paraître…, mais » (ou mean girl)
Cette mère s’est levée du mauvais pied dans la vie. Ses partenaires de DPA savent quand elle se connecte parce qu'elle a besoin de dire son #TwoCents sans retenue. Elle répand son fiel sur certaines mamans ou ce qu'elles partagent, ce qui fout le feu à la communauté fréquemment.
 
Ses interventions comprennent des phrases cinglantes telles que : « On sait bien », « Voyons donc! », « Je veux pas paraître…, mais » et « Fille, j’aime mieux te répondre avec franchise ». Elle a ce ton empressé qui souligne combien nous devrions être heureuses de recevoir ses conseils malgré le peu de temps qu'elle a à nous accorder dans sa vie.
 
Elle n'est pas si méchante au fond, elle est juste un tout petit peu intimidante. 
 

Mean squad.
Crédit : Giphy

 
L'informatrice
Elle consigne toutes les discussions houleuses du safe space virtuel avec des captures d'écran. Des images qu'elle partage par la suite allègrement sur ses autres groupes de mères. #PrintScreenOfTheDay
 
Potineuse, elle prend bien soin de commenter ces publications de façon passive-agressive sans que la personne concernée ne sache jamais ce qu'elle pense réellement d'elle : « Cette mère est tellement intense! Je lui ai presque répliqué que… ». Nous pourrions questionner l'éthique de ses pratiques discréditantes, mais elle se voit comme la défenseuse de la vérité unique et de la bienséance.
 

L'informatrice : la bibliothécaire du Web.
Crédit : Giphy

 
 
La troll
Elle veut susciter des réactions plutôt qu’échanger ou discuter. L’authenticité et la sincérité de ses opinions sont souvent questionnables. Son raisonnement est soit illogique et confus, inutile, hors-sujet ou basé sur une idéologie (grossophobie, antiféminisme, classisme, homophobie, racisme, transphobie, etc.).
 
Ses actions, procédures ou manœuvres sont intentionnelles et destinées à énerver, ridiculiser ou faire réagir les autres mères de la communauté. Les finalités d'une troll sont variées : simple amusement, activisme, test des limites d’une maman, d’une idée ou d’une discussion, méchanceté gratuite, harcèlement, perturbation ou sabotage de communauté, etc.

Crédit : Giphy

 
Dans le premier livre de Carolane et Josiane, cette dernière signe d'ailleurs un texte qui dénonce les commentaires négatifs qu'elle a reçus lors de la publication d'un billet sur un de ses looks

Ne vous inquiétez pas, il y a des solutions pour éviter un eye roll permanent causé par les comportements en ligne de ces mamans. Plus d'informations à ce sujet et encore quelques catégories à venir dans un prochain article.

Voyez la deuxième partie de ce texte ICI!
 
Reconnaissez-vous des profils de mères que vous côtoyez dans certains groupes virtuels? 

Plus de contenu