La chambre d'Alice, 15 ans

Crédit photo: Alice Mimeault-Morency La chambre d'Alice, 15 ans


Mes filles sont arrivées à un âge où je n’ai plus grand-chose à dire sur la déco de leur chambre. En fait, je pourrais intervenir, mais j’ai choisi de leur laisser la liberté d’aménager ça à leur goût. C’est leur petit sanctuaire, leur cocon. Elles ont envie qu’il soit à leur image, rempli de ce qu’elles aiment, de ce qui est significatif pour elles, pas nécessairement de ce qui est catalogué beau ou tendance. Elles s’en foutent un peu et c’est parfait comme ça. Donc, dans la mesure où ça ne vire pas en complet bordel, je les laisse exprimer leur personnalité entre leurs quatre murs. C’est surchargé, ultra-coloré, pas du tout coordonné, mais c’est créatif, plein de vie et surtout, ça leur ressemble.
 
Ma grande de 15 ans a accepté de partager quelques photos de son refuge. C’est elle qui a choisi la peinture dans une teinte neutre pour pouvoir se permettre de splasher mille couleurs dans sa murale (des pages de revue), ses affiches, babillard et cent autres images pinées un peu partout. Elle tenait tout de même à puncher un peu avec une touche de turquoise qui lui rappelle la mer au bord de laquelle elle a grandi quelques années (le golfe du St-Laurent pour être plus précise, mais bon, pour elle, c’est la mer).
 
Elle aime les trucs rétro, alors quelle joie quand son grand-père lui a donné son vieil appareil photo manuel, transformé du coup en bel accessoire déco. Même chose pour le vinyle (pas si vintage) cloué au mur. L’étagère Ikea posée à l’horizontale lui sert principalement de bibliothèque, mais les compartiments cubiques sont, aussi, bien pratiques pour ranger les vieux trucs au fond et exposer les souvenirs et autres petits bidules en devanture.
 
Les posters sont une belle façon de personnaliser son espace sans que ce soit définitif. Tout comme les paroles de chanson écrites au « crayon pour fenêtre » qui se nettoient assez bien une fois le buzz passé. De la déco temporaire facile à adapter selon les coups de cœur du moment. Ce qui n’était pas le cas pour l’autocollant mural « Réalise tes rêves » apposé alors qu’elle était fillette. Pour éviter de devoir l’arracher (et que le gyproc vienne avec), elle l’a simplement encadré avec du washi tape qui rappelle le motif noir et blanc de son rideau et de sa couette.
 
Bref, il n’y a rien de bien compliqué ou de très élaboré dans tout ça, mais l’ensemble crée un décor unique qui reflète ce qu’elle est et dans lequel elle se sent bien. C’est ce qui compte le plus après tout, non?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES