Je tiens à jour deux listes : une des choses auxquelles j’excelle en tant que maman et une autre des choses auxquelles je n’excelle pas pantoute. #PasMamanParfaite

Dans la deuxième liste, entre les points « avoir de la patience » et « chanter des comptines », se trouve « aimer faire les lunchs. »

Quand Fiston est arrivé en maternelle, je sautais de joie! L’idée de commencer à faire des lunchs était super excitante. HA-HA-HA. Cette phase a duré une semaine. Déjà, je n’en pouvais plus. C’est plate, redondant. Mon doux! #ShameOnMe

 Crédit : Giphy

Cet été, je me suis raisonnée. Je me rends à l’évidence que ça ne peut plus durer. Si je continue de ne pas aimer ça comme ça, c’est moi qui vais trouver que l’école ne finit jamais, une seconde fois. Alors je me suis trouvé des trucs et, altruiste comme je suis, j’ai décidé d’en faire part. Qui sait? Nous sommes peut-être un regroupement de parents à détester les lunchs sans le savoir! #LolPasLol

1. Cuisiner en grandes quantités
Chez moi, avec mes parents, nous étions quatre. J’ai vu et aidé ma mère à cuisiner tellement souvent, c’est de cette façon que j’ai appris à cuisiner en grandes quantités. Nous ne sommes pas quatre dans ma maisonnée et nous ne sommes que deux à avoir des lunchs, mais je choisis quand même de cuisiner en plus grande quantité parce que grosse quantité = restants. Et restants = awaye dans la boîte à lunch. Pas de cassage de tête, let’s go dans les Tupperwares!

2. Organiser des journées « popotte »
Une de mes meilleures amies et moi, nous avons décidé de nous organiser une journée « popotte » toutes les deux semaines, un dimanche que nous avons nos enfants (Eh oui! Nos gardes partagées sont en même temps). C’est probablement mon idée préférée des cinq. Rien de mieux que de joindre l’utile à l’agréable. Ça va bien plus vite à deux et on peut même s’échanger des idées de recettes. Ami.e.s et bouffe : le plus beau des mélanges!
 

Crédit : Giphy

3. Utiliser la mijoteuse et le congélateur
J’ai beau donner ce conseil, la première personne qui devrait le mettre en pratique, c’est moi. J’ai une belle et grande mijoteuse et trois congélateurs (vous ne voulez pas savoir pourquoi) dont je ne me sers définitivement pas assez. Eh bien, ce sera chose du passé cette année! Je vais clairement les utiliser à leur pleine capacité. Cuire des repas qui se congèlent et qui se décongèlent facilement, c’est la meilleure équation possible. Plus de temps pour faire autre chose!

4. Laisser les enfants faire leurs lunchs
C’est bien certain que ce truc ne s’applique pas à tous les âges, et c’est pourquoi vous pouvez quand même vous ajuster. Si l’enfant est trop petit pour faire lui-même son repas, c’est l’occasion de le faire ensemble et de créer de beaux souvenirs. Si l’enfant est plus vieux, vous pouvez faire comme moi et lui donner cette responsabilité. Je trouve que ça leur permet de se responsabiliser, d’aider avec la charge des choses à faire et, parfois, ça permet de s’arrêter un peu et de souffler, nous aussi!
 
5. Ne pas essayer d’en faire trop!
Au début, je me donnais tellement. Autant dans les idées que pour l’originalité et la préparation. Je n’ai rien contre les parents qui se donnent comme ça chaque jour, au contraire, je vous lève mon chapeau. Dans mon cas, c’était juste trop. J’ai finalement compris que simplifié veut dire tout aussi bon repas. Je continue de préparer des petites collations qui sortent de l’ordinaire, mais somme toute, je m’en tiens à des repas faciles à faire. Ça me permet d’en faire plus sans toutefois me sentir débordée chaque fois.
 

Crédit : Giphy

Avez-vous des trucs qui vous aident à simplifier et aimer la routine des boîtes à lunch?

Page d'accueil