Avez-vous des frères et des sœurs?

Crédit photo: Allen Taylon/Unsplash Avez-vous des frères et des sœurs?

Étant enfant unique, la dynamique de la fratrie était pour moi quelque chose de mystérieux et d’incompréhensible. Pourtant, je n’ai pas été malheureuse avec mon statut de seul rejeton. J’ai été choyée. Aimée. Couvée. Malgré tout, dans mon esprit d’enfant unique, je n'aspirais pas à répéter mon expérience personnelle. Je ne voulais pas qu'un seul enfant. Je rêvais d'une équipe de football. J'ai arrêté après trois enfants. C'était amplement suffisant. C'est beau les mettre au monde, mais faut les élever après!

Y’a des journées où je gère la marmaille comme une pro. Sérieusement là! Trois enfants de 6 ans et moins, ça roule à la vitesse grand « V », rondement et efficacement. Y’a des journées où j’en aurais 10, des enfants partout dans la maison, des rires, des cris, de la grosse pagaille quoi.

Crédit : Giphy

Mais le reste du temps, 95 % et peut-être même plus, le chaos fait loi. Et lorsque cette réalité finit par me rattraper, parce qu’elle finit toujours par le faire, le beau grand rêve doré et lumineux dans lequel je me vautrais s’assombrit juste un peu. Je n’arrive même pas à prendre une gorgée d’eau sans qu’on me demande un compte-rendu de 10 pages (t'sais, le fameux « Mamaaaaan, t’es où! Maamaaaannnn tu fais quoi? Pourquoi Mamaaannnnnn! »).

Crédit : Giphy

Je peux ainsi vous affirmer, que d’enfant unique à mère de trois enfants, les constatations suivantes sont incontestables :

On arrête de te demander « C’est pour quand le prochain bébé là? » 
Quand tu en as trois, la société te laisse tranquille. Même à l’épicerie. Surtout à l’épicerie.

On leur apprend la notion de partage
Une chose à laquelle j’ai été initiée trop tard dans la vie et qui a été mon argument principal pour avoir plusieurs enfants. On parle de partage, mais on peut y ajouter les concepts de pardon, de tolérance, d’injustice, de respect. Je vous épargne le partage des microbes.

On multiplie la dose d’amour reçue
Plus de bras, plus de câlins, plus de petits corps collés sur le nôtre, source incommensurable de chaleur. C’est tellement cliché de dire que « l’amour ne se divise pas, ça se multiplie » lorsqu’on attend son deuxième enfant, mais c’est vrai!

On a toujours des compagnons de jeu
En permanence! Faut apprendre à gérer les conflits de nos enfants d'une manière parallèle. Ta sœur n’est pas ton amie, c'est ta sœur. Par contre, si tu apprends à gérer les conflits avec elle dès maintenant, tu seras mieux outillé pour les gérer avec les amis à l'école plus tard. La fratrie pourra donc servir de soutien moral tout au long de la vie en plus d'être une première relation sociale et intime vécue par notre enfant. Ça aussi, en tant qu'enfant unique, j'aurais aimé l'apprendre en bas âge.

On peut réutiliser les vêtements d’un enfant à l’autre
Parce que de toute manière, aller magasiner avec plusieurs enfants, ça peut être assez chaotique. Magasiner à même le placard, dans nos boîtes, et surtout quand c’est déjà propre et classé par grandeur… le bonheur! Et pourquoi pas, de voyager dans le temps grâce à une robe ou un chandail de bébé, on allie nostalgie et sens écologique.

On n’ira plus jamais à la toilette seule
Fini. Bye bye intimité. Je me console en me disant que ça les incite à la propreté dès un plus jeune âge. (Ou pas). Le malaise des gens d’entendre un de mes enfants demander « Mais pourquoi tu fermes la porte? ». Oups.

On ne s’ennuie pas
Quand ils sont là, c’est un feu roulant d’action. Leur imagination n’a aucune limite! Et comme ils ont l’avantage du nombre, les jeux sont interminables et la séance de ramassage après aussi ! Le silence n’a plus sa place. Sauf si la maman se fâche. Ou si la marmaille déguste le dessert. Là, le silence revient brièvement.

On augmente les chances d’avoir au moins un enfant qui s’occupera de nous lorsqu’on sera vieux
Mais comprenez-moi bien, je n’ai pas eu plusieurs enfants pour faire augmenter mes chances d’obtenir un bâton de vieillesse. Chaque enfant que l’on met au monde est un être à part entière. J’espère juste conserver la forme physique et une vivacité d’esprit pour les voir évoluer dans ce monde encore longtemps. Et qu'à leur tour, ils prennent un peu de temps pour prendre soin de moi.

« Good job Maman, good job! »
Crédit : Giphy

Et vous, il ressemble à quoi votre modèle familial? Êtes-vous aussi enfant unique?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES