Je suis devenue mes parents - Partie 2

Crédit photo: qimono/Pixabay Je suis devenue mes parents - Partie 2

Il y a de ces moments où on dit ou on fait quelque chose, et qu'on réalise qu'on ressemble vraiment à nos parents, finalement. Vous pouvez lire la première partie de ce texte en cliquant ici.

M’endormir en chantant
Enfants, mes sœurs et moi avons bien ri de notre père qui s’endormait avant nous quand il allait nous coucher. Il nous chantait des chansons en prononçant de moins en moins bien les paroles, puis en faisant des micropauses qui pouvaient éventuellement se terminer en ronflements. Jusqu’à tout récemment, je ne comprenais pas comment on pouvait, physiquement, s’endormir alors qu’on est en train de chanter! Eh bien j’ai eu ma réponse cette semaine, alors que je luttais moi-même contre Morphée devant un enfant rieur. Être parent, ça change bien des perspectives.
 


Crédit : Giphy

Mon ventre comme un tam-tam
Cela me vient aussi de mon père. Quand il réfléchit ou se demande quoi faire, quand il prend une pause entre deux tâches, il se tape la bedaine avec un rythme digne des tams-tams du Mont-Royal. Ben coudonc, j’ai repris l’automatisme! Pour une activité plus complète, vous pouvez ajouter le jam vocal.

Nommer les membres de la famille éloignée par leur titre
Quand ils s’adressaient à leurs enfants, un de mes oncles et sa conjointe nommaient toujours qui nous étions par rapport à eux. Nous devenions « Cousine Rachel » ou « Tante Andrée », par exemple. À l’époque, ça nous tapait sur les nerfs! Puis, ma sœur aînée et moi avons eu des enfants. Nous nous sommes surprises, aussi avec notre sœur plus jeune, à faire la même chose. Nous ne nommons pas systématiquement les gens comme ça, mais nous répétons souvent les titres familiaux, et ce, de façon très naturelle. Je crois que c’est un bon moyen d’aider les plus jeunes à se situer dans l’espace familial, surtout par rapport aux membres de la famille qu’on voit moins souvent.

Pousser de grands soupirs
Pour évacuer le stress de la journée, ça fait tellement du bien. Ma mère a l’habitude de le faire et, de l’extérieur, ça peut donner l’impression qu’elle est vraiment exaspérée... C’est mon chum qui m’a fait réaliser que je fais la même chose. Ce n'est pas tant agréable pour les gens autour, mais ça fait TELLEMENT de bien à l'intérieur! C'est comme si on prenait tous les tracas de la journée et qu'on les repoussait d'un coup. Ma mère dit que soupirer bruyamment, c’est typique de son côté de famille. Nous ne sommes pas sortis du bois, car mon fils a commencé à soupirer alors qu’il était un très jeune bébé! 
 


Crédit : Giphy

Dans quels contextes vous retrouvez-vous à vous dire « je suis comme ma mère / mon père » ?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES