Quand j'étais jeune et naïve, je me disais que le gouvernement, avant de prendre des décisions, devait sûrement consulter les gens concernés. Non, me suis-je rendu compte. Prenons par exemple un conflit en cours entre le Ministère de la Famille et les éducatrices en milieu familial concernant la plateforme ​« La place 0-5 »​.

Cette plateforme est un guichet unique d'accès aux services de garde du Québec. Tous les services de garde subventionnés de la province​ y sont répertoriés. Pour être certaine : les garderies en milieu familial sont obligées de s'y inscrire.

Pour en revenir au conflit, le gouvernement veut faire payer aux RSG des frais pour l'utilisation de « La place 0-5 »​. Les CPE et les garderies subventionnées n'ont pas à payer ces frais, tout comme les médecins n'ont pas à payer pour la liste des médecins de famille. Mais on veut imposer aux éducatrices en milieu familial — des travailleuses autonomes dont le salaire n'est déjà pas faramineux — ces frais qui peuvent aller jusqu'à plus de 100 $ par an? Alors qu'elles ajoutent des places pour les enfants dans un contexte où le gouvernement n'en crée pas beaucoup?

Pour ajouter l'insulte à l'injure, sachez, chers parents qui avez vus le montant sur vos chèques à votre éducatrice augmenter dernièrement, que ces professionnelles doivent redonner la majorité de l'augmentation au gouvernement. 

Bref, les éducatrices sont d'accord pour s'inscrire à la liste, mais pas pour payer, surtout qu'elles ne retirent rien en échange et que cette décision est unilatérale de la part du gouvernement.

Pour soutenir les éducatrices, vous pouvez signer la pétition à l'Assemblée nationale ICI.

Page d'accueil