Sauver le monde, encore une job pour les mères?

Crédit photo: Miguel Bruna/Unsplash Sauver le monde, encore une job pour les mères?

Ma famille est dans une dynamique de décroissance depuis déjà plusieurs années. Ce mode de vie rejoint nos valeurs profondes et est motivé par un sentiment d'urgence qui grandit de jour en jour vu l'ampleur de la catastrophe climatique annoncée. J'applaudis devant les récentes initiatives nous demandant de revoir notre façon de consommer. Mais modifier son mode de vie demande du temps et de l'investissement.

J'ai donc eu envie de faire l'inventaire des actions individuelles nécessaires à une famille qui vise le zéro déchet. Pour mesurer l'ampleur de l'effort relié à ce nouvel art de vivre en vert. Puis je me suis posée la question qui tue. Qui, dans le foyer, est majoritairement responsable de ces actions?

Voici ma liste TRÈS sommaire, en vrac!

  • Effectuer des recherches sur les alternatives d'achats de denrées alimentaires et faire les courses (épicerie vrac, groupes d'achat, paniers bios, etc.).
  • Adapter le menu familial à un régime limité en viandes et en accord avec les produits de saison.
  • Gérer l'ensemble des denrées en vrac (achat et nettoyage des pots, stockage, transformation, inventaire).
  • Effectuer des recherches pour des accessoires pour une boîte à lunch sans déchets et faire les achats.
  • Préparer les lunchs selon cette approche (incluant l'ensemble des recettes « fait maison »)
  • ​Trier les déchets, réparer, recycler, revaloriser, composter.

Crédit : Ehud Neuhaus/Unsplash 
  • Effectuer des recherches relativement aux alternatives écologiques pour les produits ménagers et corporels et faire des achats.
  • Confectionner au besoin ces produits à partir d’ingrédients naturels (toujours dans l'optique du « fait maison »).
  • Faire des recherches et les achats relativement aux couches lavables.
  • Laver et entretenir les couches.
  • Gérer les vêtements usagés des enfants.
  • Entretenir un réseau de parents substantiel pour être en mesure de faire des échanges de vêtements ou des dons, écumer les friperies et les bazars en ligne.
  • Effectuer des recherches sur les lieux de prêts de jouets et de livres, fréquenter la bibliothèque, la joujouthèque, etc.
  • Trier l'ensemble des objets superflus dans la maison et en disposer de façon écologique (recycler, revendre, faire des dons…).
  • Etc, etc, etc…

Essoufflant, non? Il y a de quoi s'occuper à temps plein. Et il y a quand même quelque chose de vraiment perturbant de voir que les solutions avancées pour lutter contre les changements climatiques - un enjeu planétaire et global - misent en premier lieu sur la sphère domestique. Pas sur des politiques publiques qui ont du mordant. Ni sur une réglementation efficace des grands pollueurs. Encore moins sur la refonte complète de notre système économique. Non! Le bruit ambiant nous abreuve de conseils sur le micro management d'armoires et de tiroirs dont le fardeau repose encore majoritairement sur les épaules de qui?

Les mères.

À l'impossible, nul n'est tenu comme dit l'adage. Et pourtant, les mères sont encore les premières au front de la plus grande bataille à mener de notre siècle fou. Sans doute fédérées par ce parfum pré-apocalyptique qui nous réveille la nuit avec cette question terrifiante:
« Quel sera l'avenir de mes enfants? »

 

Crédit : Adrien Taylor/Unsplash 
 

Comprenons-nous bien… J'ai signé le Pacte, manifesté, partagé des pétitions… Je suis de celles qui croient que les efforts individuels peuvent faire bouger les choses en favorisant la prise de conscience d'une masse critique toujours plus importante. La petite Greta en est la preuve vivante. Je crois à la résistance par la base. 

MAIS…

Pendant que je calme mon sentiment d'impuissance en endossant la charge domestique et émotionnelle immense du zéro déchet. Pendant que je renonce à toutes sortes de petites et grandes choses au nom du bien commun. Pendant que je pars en guerre contre tous les Publisacs de ce monde. Des hommes cravatés - en écrasante majorité - investissent des milliards dans les énergies fossiles, contournent des lois, creusent le sol, polluent comme si demain n'existait pas. Et les politiques - autre pépinière de messieurs à cravate - font la sourde oreille en nous chantant des berceuses qui parlent de cibles inatteignables.

Je ne sais pas pour vous mais moi, ça me donne envie de flipper ma table de cuisine usagée.

Ça me donne envie d'un grandiose tintamarre de casseroles…

 

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES