Je ne voulais pas d’enfants

Crédit photo: Artem Kovalev/Unsplash Je ne voulais pas d’enfants

Lorsque j’étais adolescente, garder des enfants ne m’attirait pas vraiment. En fait, ma carrière de « petite gardienne » s’est terminée assez tôt. Je n’aimais pas faire la discipline à un deux ans en terrible two et, surtout, je m’ennuyais. Je préférais nettement travailler au magasin de musique de mon père et, plus tard, dans les restaurants.

Pendant mon baccalauréat, je me suis retrouvée un peu par hasard à faire du bénévolat avec des enfants. Je ne détestais pas travailler avec eux, mais je sentais que ce n’était pas ma vocation. Malgré tout, j’ai fait mes études supérieures en partie auprès d’une clientèle âgée de moins de 18 ans. Après mes études, j’ai réorienté un peu ma carrière pour travailler avec des adultes. Cet emploi me convenait davantage.

Lorsque j’ai terminé mon doctorat et que je me suis installée dans ma vie d’adulte, j’avais 27 ans. J’étais en couple depuis dix ans et mariée depuis quatre ans. Tout était propice à fonder une famille. Le problème, c’est que je n’étais pas certaine du tout de vouloir des enfants. Je n’avais jamais été maternante (même si ma belle-mère vous dirait que c’est faux et que je l’étais même avec mon chat!). Je n’aimais pas tellement m’adonner à des jeux d’enfants et je n’avais même jamais changé une couche de ma vie!

À 29 ans, j’ai eu un déclic. J’avais envie d’essayer. J’avais envie de porter la vie en moi et de prendre soin d’un petit humain. 

Moins d’un an plus tard, j’ai accouché de la plus belle petite fille. Nous ne le savions pas encore, mais de nombreux défis nous attendaient mon mari et moi. Notre fille pleurait constamment et ne dormait pas. C’était extrêmement difficile. Nous avons ensuite appris qu’elle était atteinte d’un syndrome génétique qui la rendait très lourdement handicapée. Malgré tout, le l’aimais de tout mon cœur et je n’ai jamais regretté de l’avoir mise au monde. Elle est partie soudainement dans son sommeil à l’âge de 2 ans et 7 mois, l’obstacle suprême pour nous.

Depuis sa mort, nous avons eu deux autres enfants. Deux petits garçons en santé. Jamais je n’aurais cru avoir trois enfants. Malgré ses défis, notre fille m’a fait découvrir les joies de la maternité. Elle m’a appris à m’oublier complètement pour répondre aux besoins d’une autre personne et à aimer au-delà de ce que je croyais possible.

Mes craintes de ne pas être assez maternante se sont rapidement envolées. Je ne suis pas une maman parfaite, mais je ne pourrais imaginer ma vie sans mes enfants. Je suis heureuse d’avoir osé tenter l’aventure.

Si j’écoutais seulement mon coeur, il y aurait même un bébé 4!

Contrairement à moi, avez-vous toujours su que vous vouliez des enfants?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES