Clara, 5 ans et victime d'intimidation à l'école

Crédit photo: Unsplash

C’était un soir de semaine tout ce qu’il y a de plus banal. Je déroulais mon fil d’actualité, bien enroulée dans mon doudou. Et je suis tombée sur ça. Le statut m’a d’abord intriguée, je me suis replacé le dos pour être mieux installée. Je ne sais pas pourquoi, je sentais que ça allait m’interpeller. Au fil des mots, la colère, la honte, la peur et finalement la peine m’ont envahie. Si bien que j’ai dû me reprendre à deux reprises pour terminer le texte, tellement les larmes m’empêchaient de bien lire…

« Cette semaine, ma nièce de 5 ans, qui vient tout juste d’entrer à la maternelle, a été victime d’intimidation pour la première fois de sa vie. Des élèves plus vieux lui ont fait des commentaires sur son apparence à cause de sa pilosité au visage, plus précisément à cause de ses sourcils. Ils lui ont dit qu’elle n’était pas belle, tout en la pointant du doigt devant les autres enfants. Suite à leurs commentaires, ma nièce est allée se cacher sous le module de jeux et plus tard elle a dit à sa mère qu’elle était là pour qu’ils ne puissent pas la retrouver… »

Lire ces mots m’a ramenée 30 ans en arrière… à l’époque où moi aussi je me faisais juger et écœurer par mes camarades à cause de ma pilosité. Comme cette petite puce, j’ai été capable de mettre en mots ma colère et mes sentiments et ma mère a été là pour me soutenir. Certains enfants n’ont pas cette chance. Certains enfants vont s’isoler, parfois même commettre des gestes irréparables. La plupart de ces histoires horribles commencent comme ça: un commentaire négatif, du dénigrement et de la pure méchanceté. Ces tragiques histoires arrivent aussi parce que les jeunes ne s’ouvrent pas facilement sur ce qu’ils subissent, ils ont honte et ils veulent que personne ne sache par peur du jugement.

Ce n’est pas ma fille qui l’a subi. Je crois que j’aurais pu facilement sortir de mes gonds. T’sais, une louve qui tente de protéger ses petits… Mais ça ne change rien au fait que l’intimidation, peu importe quelle forme elle prend, c’est inacceptable. Comment l’être humain peut en venir à pareille méchanceté? Comment des enfants - aussi innocents soient-ils - peuvent pointer du doigt ou cracher des paroles aussi méchantes et dégradantes?

C’est à nous, en tant que parents, en tant que société, à faire une différence. À éduquer nos enfants sur l’acceptation des autres, le partage de traditions, la différence. Leur montrer que même si on n’a pas la même couleur de peau ou de cheveux, dans le cœur se cache un être sensible prêt à donner une tonne d’amitié. L’aspect extérieur ne définit pas une personne, c’est ce qui se trouve à l’intérieur qu’on doit apprendre à connaître. Malheureusement, l’ère des réseaux sociaux ne nous aide probablement pas à contrer ce fléau…

Sache petit puce de tout juste 5 ans qui a subi ce genre de mauvais traitement, ta famille est là pour te protéger et te soutenir. Ne garde jamais en dedans les mots qui te font mal. Parce qu’en te délivrant et en les dénonçant, tu aides assurément d’autres amis à lever le voile sur leurs propres histoires d’intimidation…

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES