Mon adolescence versus celle de ma fille

Crédit photo: Rahmani KRESNA

Une chose qu’on aime beaucoup faire ensemble, ma fille et moi, c’est des concours de Just Dance. Une fois, alors que je l’avais battue à plate couture sur Rhythm of the Night, son excuse était : « Je ne suis pas bonne sur la musique de ton temps! »... Alors, oui, chers lecteurs et lectrices qui ont découvert le monde et les prémices de l’adulte qu'ils allaient être en plein cœur des années 90, je vous annonce que cette décennie est officiellement cataloguée comme étant « une autre époque » par nos jeunes. Le temps passe, on se voit dans la fleur de l’âge, mais on oublie qu’on prend tranquillement la place de la génération du milieu.

Cette phrase anodine, lancée sur un ton un peu boudeur, m’a fait réfléchir. J’en suis venue à réfléchir sur cette période de la dernière moitié des 90s, celle de mes 12-17 ans. Mes souvenirs m’ont ramené plein de petites choses qui faisaient mes joies quotidiennes. Et quand j’y pense, je constate que ces petits riens n’ont pas tant changé en 25 ans, c’est seulement la manière de les faire qui varie (un peu).

 

 

Les lettres pliées / les textos

 

Crédit photo: Geneviève Bédard

 

Ma fille communique quotidiennement avec son cercle d’amis via les réseaux sociaux. Je suis convaincue qu’elle croit que, « dans mon temps », je ne pouvais pas leur parler si je ne les voyais pas durant quelques jours consécutifs. L’ancêtre du texto, c’était nos petites lettres échangées lors des pauses, afin de meubler un cours de géographie un peu ennuyant. Elles étaient mignonnes, toutes pliées et décorées. Qui se souvient ?

 

 

Les barrettes papillon / les passes aux oreilles de chat

 

Crédit photo: Amazon

 

J’avais ma collection de barrettes en forme de papillon, de toutes les couleurs. Ma fille porte plusieurs fois par semaine ses passes aux oreilles de chat. Au final, ça reste un petit accessoire pour cheveux aux couleurs discutables, qui, lorsqu'on arrivera dans la trentaine, nous fera sourire à propos des goûts de nos 12 ans!

 

 

Les quiz de magazines / les quiz sur le net

 

Crédit photo: Velizar Ivanov

 

Je passais mes après-midi pluvieux, enfermée dans ma chambre, à savoir si j’étais plus sociable ou gênée, si je préférais l’hiver ou l’été et ce qui m’attirait le plus chez un garçon : son humour ou son côté mystérieux. Je tentais de comprendre qui j’étais à coup de petits triangles ou de ronds. Ma fille fait souvent le même genre de quiz, mais elle les trouve en ligne. On sait aujourd’hui quelle princesse Disney lui ressemble, dans quelle maison de Poudlard elle irait étudier et si elle est plus cannelle ou cacao sur son chocolat chaud.

 

 

 

Les jeans / les leggings

 

Crédit photo : lan deng

 

Sur ce point, nous sommes très différentes, la seule chose qui revient est l’horreur qu’on a pour l’autre type de pantalon. À son âge, je ne jurais que par les jeans qu’ils allaient super bien avec mon t-shirt un peu large ou ma chemise à carreaux. Pour rien au monde je ne portais autre chose. Pour ma fille, c’est tout le contraire. Les jeans lui paraissent comme un vêtement totalement opposé au confort et à ne porter que lorsque le lavage n’est pas fait. La chemise à carreaux est toutefois un élément récurrent de chacune de nos garde-robes d’ado.

 

 

Les clubs vidéo / Netflix

Crédit photo: JESHOOTS.COM

 

Une sortie au club vidéo, c’était tellement cool. On déambulait longtemps à travers les allées avant de choisir le film qu’on allait écouter dans les prochaines heures. J’avais un peu de peine que ma fille n’ait pas connu ce genre d’activités avec ses amis… jusqu’à ce que je les voie flâner un quart d’heure sur Netflix avant de finalement s’entendre sur le film qu’ils veulent écouter. L’enjeu reste le même, finalement, ce n’est que le décor qui change!

 

 

J’en suis venue à la conclusion que, bien que les temps changent, le passage entre l’enfant et l’adulte comporte les mêmes défis et génère les mêmes sentiments. Je peux comprendre que ma fille me perçoive comme « une vieille »  venant d'une époque lointaine et révolue. Il me semble vaguement qu’à son âge, la quarantaine m’apparaissait comme le début de la vieillesse (oh lord!). Un jour, elle sera à ma place, elle comprendra.

 

Pour elle, je dois également incarner la sagesse, l'écoute et le conseil. Aujourd'hui, c’est à moi de me souvenir et de comprendre ce que c'est que d'être un adolescent, pour l’aider à cheminer. Et, pourquoi pas, de partager avec elle la beauté que les années 90 avaient à nous offrir.

 

Happy James Cameron GIF - Find & Share on GIPHY

Crédit: Giphy

 

Et vous, voyez-vous des similitudes entre votre adolescence et celle que vos enfants vivent présentement?

Psssttt ! Envoie-ça à ton ami!

PLUS DE NOUVELLES