J’ai eu mes enfants rapprochés et c’était voulu. Eh oui. Aux yeux de la société, on dirait que ce n’est pas normal d’avoir et de vouloir nos enfants rapprochés en âge. Plusieurs semblent croire que c'est de se donner du trouble en double pour rien et c'est une idée qui passe difficilement à leurs yeux.

Au départ, j'avoue que je ne voulais pas mes enfants aussi proches. Mais à peine un mois après avoir accouché, nous avons décidé de commencer tout de suite les essais pour Bébé 2. Nous avions un premier bébé considéré facile qui ne perturbait ni notre vie ni notre couple alors, pourquoi pas? Arriva ce qui arriva : je suis tombée enceinte au moment où l’on célébrait les cinq mois de notre fille. Nous étions heureux.

Je suis donc tombée enceinte au moment où notre entourage commençait à nous questionner sur nos plans pour notre deuxième; drôle de hasard qui nous a permis de leur annoncer qu'il s'était déjà niché dans mon bedon. Surprise... joie... et un peu de malaise, apparemment, dans leurs réactions. Malgré le bonheur à profusion, tout le monde semble s'entendre sur un point: on va l’avoir rough avec notre maigre quatorze mois d’écart.

Puis, le grand jour est arrivé et la famille s’est agrandie. Je ne mentirai pas, ç'a effectivement été difficile pendant les six premières semaines : l’adaptation d’un bébé de plus dont il faut s’occuper, un deuxième bébé plus difficile, des nuits très courtes, une tête un peu dans la brume et un baby blues très intense. J’ai souvent plaisanté en disant que mes cernes étaient rendus en dessous de mes seins quand on me rappelait que j’avais l’air fatigué.

Mais malgré les pleurs et la fatigue, je ferais ce choix à nouveau sans hésiter. Je vois une grande soeur en amour avec ce petit être avec qui elle tente de jouer et à qui elle emmène sa suce pour la consoler. Je vois aussi ma fille qui cherche sa petite soeur tous les matins, à tous les réveils de sa sieste et à chaque retour de la garderie. Elle bécote et cajole sa petite soeur à tous moments. Et je vois aussi une petite soeur tomber sous le charme de sa grande soeur; je vois son sourire et ses fossettes se dessiner quand elle la voit s'approcher de ses yeux illuminés.

Chaque jour, nous sommes témoins de leur relation fusionnelle et du lien unique qui se crée entre elles. Chaque jour, elles nous apportent une joie immense et, malgré les crisettes, nous savons que nous sommes chanceux de vivre tout ça. Elles ont quatorze mois d’écart; quatorze mois au cours desquels nous avons profité pleinement de notre vie à trois avant d'accueillir notre deuxième enfant.

J’ai eu mes enfants rapprochés, c’était voulu et nous en sommes complètement heureux.

Avez-vous choisi d'avoir des enfants rapprochés?

Plus de contenu