Ça fait plus d’une dizaine d’années que je jardine, mais depuis que j’ai de jeunes enfants, j’ai changé un peu ma pratique. Pour jardiner maintenant, ça doit être simple et me prendre un minimum de mon temps (devenu si précieux). Vous êtes néophytes dans le domaine et malgré la situation actuelle, les pointes de soleil réveillent en vous un désir de jardiner plus grand que votre manque de temps? Voici un texte qui pourrait vous intéresser. Que ce soit sur votre balcon, en pot ou dans un jardin, je vous propose quelques conseils qui sauront peut-être vous guider et vous épargner quelques ratés cet été.

Pour un jardin sur le balcon…

Pour bien réussir son jardin de balcon, il faut y allez simplement: des fines herbes, quelques légumes et des fleurs (c’est si beau) ! Trois options s’offrent à vous pour apporter plus de verdure dans votre vie: la balconnière-jardinière, le bac à réservoir d’eau et le bac ou pot standard.

La balconnière / jardinière

Les fines herbes et la laitue fonctionnent très bien en jardinière (basilic, persil, origan, aneth, ciboulette, romarin, thym, sauge… alouette!). Assurez-vous de choisir une jardinière PROFONDE, question de vous éviter de nombreuses années de déception… been there!

Le bac à réservoir d’eau

Si vous êtes comme moi et que vous oubliez parfois d’arroser vos plans, peut-être serait-il pertinent de vous construire un bac à réservoir d’eau. Ça permet ainsi de ne pas trop vous stresser avec cette tâche et d’essayer des légumes un peu plus funky.

Pour savoir comment on fabrique ce bac, le Collectif Craque-Bitume a publié un excellent guide disponible en ligne.

Vous pouvez aussi écouter la vidéo ci-dessous.

Bacs à réservoir d’eau.mp4 from Craque-Bitume on Vimeo.

Le bac à rangement

Disponible dans tous les bons garde-robes, le bac à rangement est idéal en termes de profondeur pour faire pousser vos légumes préférés.

Bien que les tomates, concombres (libanais), haricots grimpants, fraises, bettacardes ou choux kale de ce monde fonctionnent bien en bacs, je les ai, au fil des ans, un peu abandonnés. J’ai fini par ne planter que des tomates cerises et des fleurs grimpantes (les gloires du matin) parce que c’est moins compliqué. Par ailleurs, les gloires du matin (Ipomoea tricolor) sont très résistantes et offrent une belle verdure tout au long de l’été, pour fleurir à la toute fin de la saison.

La «lasagne» en pot

Parce que j’oublie souvent d’ajouter de l’engrais en cours de route, j’aime planter mes légumes
en pot en utilisant la méthode «lasagne». Il suffit d’y aller en créant des couches qui viendront nourrir la plante.

On y va d’abord avec du terreau, puis on y dépose des déchets de végétaux en petits morceaux (couche de matière verte) et des feuilles mortes ou de la paille (couche de matière brune). On alterne ainsi: terreau / matière verte / matière brune jusqu’à ce que votre pot soit plein (c’est important ici de terminer avec le terreau sur le dessus). Comme pour le compost, on va mettre une partie de matière verte pour deux parties de matière brune.

D’habitude, on fait ça directement dans un jardin, mais pourquoi ne pas reproduire cette idée en pot? Les tomates cerises seront très heureuses dans cette lasagne.

Pour un jardin communautaire ou surélevé…

Aller jardiner avec des enfants en bas âge, c’est tout un défi, il faut faire vite parce que le bébé ne doit pas rester trop longtemps en plein soleil et le grand de quatre ans aura vite fait de repérer les plus beaux fruits ou légumes des jardins voisins. La première chose que vous saurez, c’est qu’il les a déjà mangés!

Le mieux est d’y aller avec les classiques et prioriser les légumes racines (qui nécessitent peu d’arrosage). Le but est de devoir faire un minimum d’entretien: un gros désherbage en juin, un autre en juillet, un arrosage régulier et une récolte. That’s it!

Voici ce que je mets dans mon jardin (et qui survit même quand j’oublie d’arroser): fèves, tomates, courgettes, carottes, oignons jaunes et rouges (j’achète en bulbes et c’est très facile à planter), laitue romaine (plus résistante à la chaleur et au manque d’eau), poireaux et ail. Je ne mets plus de concombres, car il faut être trop constant avec l’arrosage.

J’ai aussi des asperges. Ce légume est vivace, mais il prend au moins deux ans avant de produire des asperges assez grosses pour les récolter. J’ai planté les miennes il y a trois ans et vous comprendrez mon excitation à voir pousser les premières tiges comestibles cette année.

Crédit:Crédit: Sophie Guérin

Savoir dans quoi on s’embarque!

Finalement, il est fort probable que même si vous y mettez tout votre amour, votre précieuse récolte finisse par être mangée par les écureuils (ou les lapins, c’est selon). Ces bêtes ont le don de venir croquer dans la tomate que vous vouliez récolter le lendemain ou les délicieuses pousses de haricots qui se pointent le bout du nez.

Alors, les premières années, jardinez pour le plaisir de mettre vos mains dans la terre plutôt que d’espérer obtenir une sécurité alimentaire. N’oubliez pas d’arroser plus que pas assez! Et si j’ai réussi ces carottes la première année, il y a de l’espoir !

Crédit:Crédit: Sophie Guérin

 

Des astuces de jardinage en rafale

À la recherche de trucs et astuces? vous aimerez sûrement:
Le jardinier paresseux, Le potager pour les débutants (Canal Vie), Capsules vidéo avec Marthe Laverdière des Serres Li-Ma, Mini-guide: Semis de légumes 101 (Beside), Guide pour la fabrication d’un bac à réservoir d’eau (Collectif Craque-Bitume), L’histoire et la provenance de chaque légume (en anglais, par Seed to Crop), Comment fabriquer un jardin en carrés (Trois fois par jour), Fabriquer un jardin de la victoire sur le balcon (Le Soleil)

À vos semis, prêt.e.s, plantez!

Plus de contenu