Note : Ce texte reflète les informations connues par l’autrice au moment de la publication. Puisque les choses changent rapidement, il se peut que certains éléments ne soient plus à jour au moment de votre lecture. Écrivez-nous au info@tplmag.com pour toute demande de modification.

L’école recommence dans quelques semaines et déjà, plusieurs enseignantes planifient cette rentrée bien différente. Contrairement aux dernières années, je ne peux me fier à ma planification habituelle. Surtout qu’il me reste plusieurs interrogations en suspens.

Deux mètres s.v.p.

Heureusement, dans l'annonce d'hier, nous avons appris que les élèves n'ont plus à être dans des bulles de six. Ils devront rester avec leur groupe-classe toute la journée. Ce sera un plus grand défi pour les enseignant.e.s du secondaire, mais au primaire, les élèves restent principalement avec les mêmes collègues toute l'année. Toutefois, je vais devoir garder deux mètres de distance avec mes cocos. Ce ne sera certainement pas facile pour leur fournir de l'aide personnalisée, lors des activités en équipe ou s'ils ont besoin de réconfort.

Avec pas de masque

De nouvelles directives sont sorties quant au port du masque (c'est juste ici). Mes collègues et moi allons devoir porter un masque dans plusieurs situations du quotidien. Certains élèves devront aussi en porter lorsqu'ils seront dans les zones communes de l'école. La gestion du masque devra faire partie de l'enseignement en début d'année pour les élèves concernés. J'ai également hâte de voir quels masques seront fournis. Il faut savoir que puisque plusieurs de mes cocos sont allophones, ils regardent sur mes lèvres pour discerner certains sons/mots. Un masque avec une fenêtre transparente serait donc une bonne option pour tous les élèves qui ont des difficultés de langage. Si jamais vous savez où s'en procurer, je connais quelques intéressées! 

Gouvernement du Québec https://cdn-contenu.quebec.ca/cdn-contenu/adm/min/education/publications-adm/dossier/affichette_port-du-masque.pdf?1597078750
Crédit:Gouvernement du Québec

Les absences

Dès qu’un élève ou un.e enseignant.e a un symptôme de la COVID-19 (et il y en a beaucouuuuup), il doit être retiré de l’école. Un retour est possible après la fin de symptômes et un test négatif ou 14 jours de quarantaine. Ce n’est donc pas si simple vu le nombre de rhumes qu’un enfant peut avoir en une année. Je vais donc devoir enseigner de la nouvelle matière même si certains de mes cocos sont absents.

À l’école ou à la maison

Même si pour l’instant, le nombre de cas en faible, il est possible qu’il y ait une augmentation dans les prochains mois. Je suis donc prête à faire de l’enseignement à distance malgré la complexité de la tâche. Pour l’instant, je me crois les doigts que l’école ne soit pas trop souvent ou trop longtemps fermée. Il est aussi possible que l’école ferme, rouvre puis referme. Ma planification à long terme présente donc des activités qui peuvent se faire à l'école ou à distance. 

Bref, comme tout le monde, je vis beaucoup d’incertitude. Malgré tout, j’ai bien hâte de voir mes anciens cocos à qui je n’ai pas pu dire au revoir en vrai. Je suis aussi heureuse de rencontrer mes prochains élèves et d’apprendre à les connaître. Sur ce, je m’en vais profiter des rayons du soleil!

Est-ce que vos enfants ont hâte de retourner à l’école ? Êtes-vous aussi un.e prof qui doit s'adapter à la « nouvelle réalité »?

Plus de contenu