Au départ, j’avais envie d’un article riche en trucs fabuleux pour réaliser les devoirs des enfants. Je les connais: un beau coin calme, le matériel et les outils de références à disposition, une plante, l’adulte à proximité, etc. Pourtant, si je nous regarde de l’extérieur quelques secondes, je ne peux que constater à quel point l’heure des devoirs en est une des plus chaotiques dans notre maison.

Il y a donc moi, assise avec une 8 ans dans un « coin devoirs ».  Tellement beau ce coin: ma fierté! Un havre de paix et de silence... Bien aménagé, éclairé, décoré, tellement... Qu’il est difficile, sans enfant, de croire au bordel qui peut s’y dérouler.

Il y a aussi un 6 ans dans le salon adjacent qui tente de gérer une 15 mois (vous comprenez ici le plan d’inverser après).  Bébé rampe sous notre havre de paix, grimpe, s’agrippe, se lève, crie (je vous invite à lire mon article Ma relation amour-haine avec le 9-18 mois).  Elle veut qu’on la prenne... Non, elle veut ACCÉDER À LA TABLE. Le 6 ans, lui, est alors rendu devant la télé.  Et l’autre de s’écrier: « C’est pas juste!!!!! Il écoute la télé. »

Je me lève, je vais gérer debout. Je sors bébé, je laisse la grande, je ferme la télé. Je vois la cuisine! Ah non! Il fallait vérifier le four (on ne veut pas manger TROP tard). Charge mentale, allô!

Je reviens. Bébé est de retour au coin bonheur, sur les genoux de la grande qui écrit avec difficulté. Super 15 mois agrippe tout, chiffonne les feuilles...  

J’entends « J’ai faim!!!! ». La grande se fâche: « C’est MON moment avec maman. »  « Va prendre une collation, mais gère-toi », dis-je en faisant sauter bébé sur ma hanche (on comprend mon retour à la gestion debout).

Oui, bon, c’était quoi donc, le travail?  « Faut aller le chercher sur Internet »

Ah...

Crédit:Unsplash

Après, on échange d’enfant au coin de la concentration et on recommence la danse. Danse qu’on refait chaque soir et qui, malgré les aventures différentes de jour en jour, demeure des plus chaotiques.

Pourquoi je n’attends pas mon chum? Car, avec le souper, ça nous mène vers 6h voire 7h alors que moi, je les récupère à 15h30. La concentration est meilleure non, à 4 heures?

Par-dessus tout ça, j’ai l’impression d’avoir basculé dans l’univers du « devoir-techno » (particulièrement depuis cette dernière rentrée).  Peut-être à cause de la pandémie, peut-être qu’on était rendus là.  Dans tous les cas, je me retrouve à gérer deux applications différentes, deux plans de travail online ainsi que des devoirs à réaliser par modification de document et...  Je suis peut-être démodée, mais je m’ennuie du crayon mine et du devoir chiffonné dans le fond du sac, mangé par le chien ou détruit par une 15 mois. Elle est où, la simplicité?

Au final, quand je regarde le matériel éparpillé, les « outils » lancés par la 15 mois et la fameuse plante mangée par le chat, je me dis que nous sommes ici, clairement, en période d’adaptation face à ce moment de routine. Entre mes prières pour ne pas se remettre à l’école « à-la-maison-online-confinée-et-virtuelle » et mes périodes de devoirs chaotiques, je tente différents essais: un à la fois, tous ensemble, avant ou après le souper, un unique havre de paix, deux pièces séparées et j’en passe.

Vous? Quelle est votre solution miracle? 

Plus de contenu